Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/504

Cette page a été validée par deux contributeurs.


APPENDICE VII


Notes sur l’arrivée des Acadiens dans le district des Trois-Rivières après 1755.


Par Ls. Richard, Ptre Ch. P. A.


(MS. conservé dans les Archives du Séminaire des Trois-Rivières.)


NOTIONS PRÉLIMINAIRES[1]


La première colonie que les Français fondèrent en Amérique fut Port-Royal (1604), aujourd’hui Annapolis, à l’ouest de la Nouvelle-Écosse que les Français nommèrent d’abord l’Acadie.

Cette colonie, antérieure de quatre années à la fondation de Québec, fut, vers le milieu du dix-septième siècle, tout aussi florissante que cette dernière. Mais le voisinage des colonies anglaises, l’exposant aux incursions périodiques de ces éternels ennemis des Français, paralysa son développement, en arrêtant le flot de l’émigration française, laquelle se porta bientôt presqu’exclusivement vers le Saint-Laurent.

Ce ne fut donc, pour ainsi dire que par le développement naturel des premières familles de colons, que la population de l’Acadie put un peu grandir et s’étendre aux postes voisins de Beaubassin, fondé en 1674, au fond de la baie de Fundy, c’est aujourd’hui Amherst ; Grand Pré, fondé en 1680, aujourd’hui Wolfville, Kentville, Cornwallis, Herton Landing dans la baie des Mines, Piziquid, fondé en 1682, aujourd’hui Windsor ; Cobequid fondé en 1689, aujourd’hui Truro.

  1. Une bonne fortune inespérée, et de laquelle nous remercions qui de droit, a mis entre nos mains le MS. encore inédit, préparé par feu Mgr. Louis Richard, ancien Supérieur du Séminaire des Trois Rivières, sur les principales familles de ce district. C’est un in-folio considérable, et qui représente de longues années de recherches précises et consciencieuses. Nous en reproduisons, avec les notions préliminaires et le chapitre premier, l’histoire généalogique de la famille le Prince. Celle de la famille Richard sera donnée à la fin de notre tome iii.