Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/501

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 475 ]

Les vaisseaux employés au transport des déportés étant nolisés au mois, je vous prie de les retenir le moins longtemps possible et de remplir les certificats indiquant la durée de leur engagement conformément à la formule ci-incluse.

Je suis monsieur,
votre très humble et
très obéissant serviteur.
Chas. Lawrence.


Le major Handfield au colonel Winslow.


Annapolis Royal, 31 août 1755.


Monsieur, — Immédiatement après l’arrivée d’un transport envoyé par MM. Apthrop et Hancock pour déporter les habitants français, j’ai donné ordre à un détachement de s’emparer d’une centaine de chefs de famille et de jeunes gens. Mais tous les chefs de famille se sauvèrent dans les bois, emportant avec eux leurs literies, etc., et nos hommes n’en trouvèrent aucun dans les villages. Je désire que vous m’envoyiez aussitôt que vous pourrez en disposer, un renfort de quelques hommes, afin que je puisse leur faire entendre raison.

Je suis, monsieur, votre humble serviteur,
J. Handfield.


Service de Sa Majesté. Au colonel Winslow, commandant des troupes à la Grand-Prée, aux Mines.


Le colonel John Winslow ; au capitaine Murray.


Grand Prée, 1er septembre 1755.


Cher Monsieur, * * * *


Je me propose d’aller vous rencontrer demain matin, afin de m’entendre avec vous au sujet des dernières dispositions à prendre. Je dois vous informer que trois des transports sont arrivés, que les habitants sont allés à bord et ont cherché à connaître leur destination. Mais je m’étais déjà concerté avec les capitaines de ces vaisseaux et ceux-ci avaient reçu ordre de répondre que ces transports avaient été envoyés pour l’utilité des troupes. Les capitaines m’ont appris que onze autres navires doivent venir de Boston et mettront à la voile dans quelques jours. J’aimerais que M. Saul fut ici avec les vivres.

* * * *