Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Une Proclamation, conforme à la réponse du Gouverneur fut remise entre les mains des députés pour être publiée dans leurs départements respectifs. Nous la donnons ci-après [1] :

Seconde Déclaration de Cornwallis aux Acadiens.

« Ordonnance de Son Excellence Edward Cornwallis capitaine Général Gouverneur en Chef & Vice Amiral dans la Province du Roy, de la Nouvelle-Écosse ou l’Acadie Colonel au Service de sa Majesté, & Gentilhomme de Sa Chambre.

De par le Roy.

« Ayant reçu par les Députés une lettre des Habitans François de cette Province datée le 1er d’Aoust N. S. dans laquelle ils demandent que nous voulions leur accorder des Prêtres & l’exercice libre & public de leur religion & aussi qu’ils ne soient pas obligés de porter les armes en cas de guerre, & quand même la province seroit attaquée Nous Édward Cornwallis Capitaine Général &c ; avec & par l’Avis du Conseil Faisons Scavoir & déclarons que pourvu que les dits Habitans soient & contiennent Fidèles sujets du Roi de la Grande Bretagne Nous leur Accordons des Prêtres & l’exercice libre et public de leur religion, bien entendu qu’aucun Prêtre ne présumera d’officier sans avoir obtenu

  1. Cette pièce ne figure pas dans le MS. où nous croyons qu’elle avait pourtant sa place. Ele se trouve au N. S. Doc. p. 171. Akins a mis entre parenthèses, au-dessus du titre, translated from the French. Cette déclaration avait donc été envoyée aux Acadiens en français. Nous donnons le texte français d’après Archives Canadiennes. Vol. II, app. C. p. 110.) (Série F. 87ter., p. 192.)