Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/450

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
[ 424 ]

réjoui d’apprendre que les lignes que je vous ai adressées vous ont trouvé dans de charmants endroits, et que vous possédez un riche héritage. Je vois que vous êtes entouré des biens de ce monde ; et comme vous avez l’avantage d’habiter une maison sanctifiée, cela sans doute vous préparera à bien goûter le bonheur de l’autre vie… Votre absence m’a rendu l’endroit où je suis plus triste qu’une prison. Notre seule consolation est de savoir que nous sommes aussi près du ciel ici que vous l’êtes vous-même aux Mines ; et puisque les biens de ce monde nous sont refusés, nous n’avons aucun doute d’être heureux dans l’autre [1] »

Après avoir cité ces lettres, et d’autres encore, Philip H. Smith, dans son ouvrage — Acadia — A lost chapter in American History, — ajoute : « Nous ne chargerons pas davantage ces pages de cette écœurante littérature de dévotion. De telles professions de piété, sous la plume d’hommes occupés à une telle besogne, sentent le sacrilège [2]. »

  1. …rejoyce to hear that the lines are fallen to you in pleasant places and that you have a goodly herritage. I understand you are surrounded with the good things of this world, and by having a sanctified place for your habitation hope you will be well prepared for the enjoyment of another… your absence has renderd this place to me worse than a prison. We have only this to comfort us that we are as nigh heaven here as you are at Mines, and since we are denyed our good things in this world, doubt not but we shall be happy in the next (Journal. P. 100.)
  2. Dans le MS. original — fol. 591, — le chapitre xxix se termine ici. Mais, une note au crayon porte : Voir l’anglais. Dans l’édit. anglaise (ii. P. 83,) il y a un paragraphe supplémentaire que nous traduisons. De qui est-il ? Voici ce paragraphe énergique :

    « Mr. Smith takes these rollicking blackguards too seriously. Their jocose references to the Holy Scripture were not meant to be « professions of piety » and therefore do not rise even to the dignity of hypocrisy, — which is after all, an indirect homage to genuine virtue. »