Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aux-Canards, Claude LeBlanc, de Le Grand-Pré, Phillipe (sic) Melançon, de Piziquid, — lesquels étaient venus pour rencontrer son Excellence, furent appelés dans le conseil ; et Son Excellence, après leur avoir lu la Déclaration de sa Majesté les concernant, et le serment susdit, les assura de toute sa protection et de tous ses encouragements, mais les informa qu’elle s’attendait à ce que tous les habitants prêtassent serment d’allégeance à Sa Majesté dans la manière que font tous les sujets britanniques. Interrogés à l’effet de savoir s’ils avaient quelque requête à présenter de la part de leurs commettants, les députés répondirent qu’ils avaient été envoyés à seule fin de présenter leurs respects à Son Excellence, et de savoir quelle serait leur situation désormais, et en particulier s’il leur serait permis de garder leurs prêtres.

« Son Excellence leur donna l’assurance qu’ils auraient toujours avec eux leurs prêtres, pourvu qu’aucun de ceux-ci ne se permit d’exercer son ministère dans les limites de la province, sans en avoir obtenu du gouverneur l’autorisation expresse.

« Copies de la Déclaration de Sa Majesté [1] et de la for-

  1. N. S. Doc. P. 165. Archives Canadiennes 1905, vol, II, p, 109. App. C. (Voir aux Appendices pour la Déclaration de Sa Majesté à Cornwallis).

    Première déclaration de Cornwallis aux Acadiens.

    Ordonnance de Son Excellence le Sr. Édward Cornwallis, Capitaine Général et Gouverneur en chef de la Nouvelle-Écosse ou l’Acadie dans la partie Septentrionale de l’Amérique.

    De par le Roy.

    Le Roy ayant voulu faire passer dans cette province de la Nouvelle-Écosse plusieurs de ses sujets naturels de la Grande Bretagne dans le dessein de l’éta-