Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/325

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parfaitement saisi le fond de la comédie qui se jouait, a dit à ce sujet : « Les Acadiens se soumirent à ces ordres (le désarmement ) d’une façon qui aurait dû convaincre le gouvernement qu’ils n’avaient nullement l’intention de se révolter. Mais, en leur qualité de Papistes et de Français, leur obéissance n’a jamais compté beaucoup aux yeux de leurs maîtres protestants et anglais, qui les détestaient et les craignaient à la fois [1]. »

Sans parler de tous les autres actes de soumission déjà relatés, tous si probants en faveur de la conduite des Acadiens, ce dernier ne serait-il pas suffisant à lui seul pour résoudre définitivement la question de leur obéissance constamment passive ? Et cependant, tout cela n’a pas persuadé Parkman, ou mieux, il a fait semblant de ne pas l’être, si tant est qu’il se soit donné la peine d’examiner sérieusement ces événements, ce dont nous doutons fort.

Nous ne savons vraiment pas si nous pourrions trouver dans l’histoire un exemple de pareille soumission à un pareil despotisme. Ce n’est certainement pas la Nouvelle Angleterre qui nous l’offrirait ; et, si nous avons un blâme à adresser aux Acadiens, c’est d’avoir poussé ce sentiment à un point où il cesse presque d’être une vertu ; car il y avait excès, et, portée à ce degré, la soumission devient un dan-

    logés dans les maisons, prirent 400 fusils : «  that in the course of two days four hundred muskets was (sic) thus taken from those neutrals and secured in Fort Edward…  » Or, après les mots four hundred, une note au bas de la page, de la main du Dr. Brown porte ceci : « Judge Deschamps examined… 2900 stands of arms : too many by far. »

    Donc, il semble bien s’agir ici des fusils enlevés par les soldats, et non de ceux que les habitants furent sommés de remettre dans la suite. — (Can. Fr. Tome I, p. 139.)

  1. Hist. and Statist. Ac. of N. S vol. I, ch. III, p. 168-9. (Halifax, 1829.)