Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dans une lettre subséquente, les mêmes Seigneurs, qui semblent redouter l’impétuosité naturelle à Cornwallis, lui renouvellent les mêmes recommandations :

« Les méthodes plus douces et les offres de paix ont souvent agi plus efficacement sur les Indiens que la menace du sabre [1]. »

Ces méthodes douces ne nous paraissent pas avoir été en harmonie avec le caractère national des anglais ; et malgré l’intérêt évident qu’il y avait à les adopter, intérêt que dictaient les circonstances, l’on ne voit pas qu’elles aient jamais prévalu. Aussi, l’Angleterre ne put que rarement compter sur le dévoûment absolu d’aucune tribu sauvage. Il semble qu’il y ait chez l’anglo-saxon un fond de rudesse qui résiste à toute civilisation, si grande que soit celle-ci ; comme il y a chez le Gaulois un fond de légèreté que les mécomptes n’ont jamais pu guérir. Avec tous ses défauts, le Français obtint auprès des Indiens un résultat bien diffé-

  1. Lords of Trade to Gov. Cornwallis. Whitehall. Febr. 16, 1749-50. Akins, p. 601-2.

    Que ne peut-on faire dire à une parole, quand on l’isole de sou contexte ? Et ici, nous nous sentons obligé de reproduire tout le passage qui « encadre » la phrase qui vient d’être citée :

    « As to the measures which you have already taken for reducing the Indians, we entirely approve them, and wish you may have success, but as it has been found by expérience in other parts of America, that gentles methods and offers of peace have more frequently prevailed with the Indians than the sword, if at the same times that the sword is held over their heads, offers of peace and friendships were tendered to them, the one might he a means of inducing them to accept the other, but as you have had expérience of the disposition and sentiments of these savages, you will be better to judge whether measures of peace will be effectual or not ; if you should find that they will not, we dont in the least doubt of your vigour and activity in endeavouring to reduce them by force. »

    N’est-ce pas que tout ce passage éclaire singulièrement la citation faite par Richard et affaiblit la conclusion qu’il en veut tirer en faveur des Lords of Trade ?