Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et il ajouta : « je suis étonné que les Anglais aient commencé les premiers. Les Sauvages se tenaient tranquilles depuis longtemps, mais les Anglais ont tué de nos gens. Nous avions recueilli deux hommes qui avaient été balayés par la tempête et avaient fait naufrage : c’est à peine s’il leur restait un souffle ; nous avions eu pitié de leur détresse, et les avions soignés et nourris ; nous les avions assurés qu’à la première occasion nous les renverrions à Halifax. Or, la saison venue de nous en aller dans les bois, nous avions laissé ces deux misérables, (dont les deux compagnons avaient péri en mer,) avec deux indiens, trois femmes et deux enfants (dont l’un encore à la mamelle) ; et ces sept personnes furent massacrées par eux pendant qu’elles dormaient ; leurs corps furent ensuite chargés sur un canot et jetés à l’eau. Jamais nous ne pardonnerons ni n’oublierons un tel acte. Quand même nous tuerions et scalperions autant d’anglais que leurs victimes avaient de cheveux sur la tête, notre vengeance n’en serait pas assouvie. Dans le passé, nous avons toujours épargné autant de femmes que nous avons pu le faire ; désormais nous ne ferons pas grâce même à l’enfant dans le sein de sa mère [1] ». — Casteel continue : « Joseph Morrice confirme ce qui vient d’être dit au sujet du massa-

    qu’il n’y avait aucun danger pour moi, j’avais affirmé la même chose. Il le leur demanda en effet, et tous confirmèrent ma réponse. Alors, tirant de son sein une croix, il me dit que par la vertu de cette croix, je ne mourrais pas de leurs mains… » — Journal.

  1. À ce discours du vieux sichem, Richard ajoute ce détail : « Puis il déchira devant Casteel un papier sur lequel se trouvait (sic) les préliminaires du traité. » — fol. 382.

    Cela n’est pas dans le Journal de Casteel, à cet endroit-ci du moins. Mais à la page précédente (117), Casteel dit qu’à Cobcquid, dans une certaine maison, un « Indien jeta au feu les articles du traité » (du 22 nov. précédent) et me dit : « voilà comment nous avons fait la paix. » Ceci se passait le mercredi, 23 mai.