Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE DIX-SEPTIÈME



Intrigues des Français pour inciter les sauvages à commettre des hostilités. — Lettre de la Jonquière au Ministre. — Les sauvages harcèlent les établissements anglais. — Les Anglais se livrent à des faits de guerre contre les Français. — Procédés de Le Loutre à l’égard des Acadiens. — Il est blâmé par l’Évêque de Québec. — Divers actes de cruauté commis par les Anglais envers les sauvages du Maine.


Nous procédons dans ce travail avec le désir sincère de marquer le degré de responsabilité qui revient à chacune des parties mises en cause ; nous n’avons qu’un but : établir l’exacte mesure de blâme que méritent les Français et les Anglais, la Métropole et les autorités locales, les prêtres et les Acadiens, en un mot tous ceux qui furent mêlés à ce conflit.

Il y a une si grande pénurie de matériaux pour composer cette histoire, tant de lacunes restent à combler, que le seul moyen de suppléer à cette indigence documentaire est d’entrer successivement dans l’esprit de ceux qui y ont joué un rôle, pour tâcher de saisir les motifs qui les ont poussés dans telle voie plutôt que dans telle autre. Il faut se dépouiller en quelque sorte de sa personnalité propre, et se faire tour à tour missionnaire, paysan acadien, anglais et français, catholique et protestant, mettre de côté ses idées, rétrécir ou changer son point de vue, épouser les préjugés de tous. La chose n’est pas aisée ; pour certains, elle présenterait des difficultés presque insurmontables. Mais notre vie