Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’esprit qui animait Pichon se révèle d’ailleurs plus clairement par cette autre phrase : Cruauté et inhumanité ont toujours été le fait des prêtres dans tous les temps. L’hypocrite et traître personnage croyait flatter par une telle parole les préjugés de ceux à qui il s’adressait et augmenter ses chances d’en être récompensé. Remarquons, en passant, qu’Edward Howe n’était pas major du Fort Lawrence, ainsi que l’affirme Pichon, mais capitaine [1].

Moins d’un mois après l’événement, le 27 novembre 1751, Cornwallis, écrivant au duc de Bedford, disait [2] : « …Je dois maintenant porter à votre connaissance une affaire d’une nature bien extraordinaire. Le capitaine Howe, qui connaissait bien la région, et qui avait de bonnes relations à la fois avec les sauvages et avec les habitants, faisait partie de l’expédition de Chignecto. Le malheureux se flattait d’être en bons termes avec les Français, et particulièrement ces canailles de La Corne et Le Loutre. Tout

    de son fils, disait qu’il saurait assez s’il connaissait ces cinq mots : qui nescit dissimulare nescit regnare. (Cf. De Thou. Hist. Universelle, vol. III, p. 293.) Montaigne cite ce proverbe, mais pour le désapprouver : « … de faire profession de se tenir couvert, et se vanter, comme ont faict aucuns de nos princes, qu’« ils jetteraient leur chemise au feu si elle estoit participante de leurs vrayes intentions » « qui est un mot de l’ancien Metellus Macédoniens, et que « qui ne sçait se faindre ne sçait pas régner » « , c’est tenir advertis ceux qui ont à les praticquer que ce n’est que piperie et mensonge qu’ils disent. » (Essais. Liv. II, e. XVII. Édit. Jouaust. T. 4, p. 237.) Et Richelieu a dit, dans Mirame : « Savoir dissimuler est le savoir des rois. »

  1. Le MS. fol. 348, porte ceci : « Remarquons en passant qu’Edward Howe n’était ni major ni commandant du Fort, comme le dit Pichon. » Or Pichon ne dit nulle part que Howe était commandant du Fort.
  2. Nova Scotia Archives. Akins, p. 194-5. Can. Arch. (1894) p. 168-9, 1750. Nov. 27. Halifax. Cornwallis to Lords of Trade. G. 54. B. T. N. S. vol. II. Nov. 27. Cornwallis to Secretary of State. Letter similar to that addressed to Lords of trade A. & W. I. vol. 31.