Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/629

Cette page n’a pas encore été corrigée
473
PHÉNOMÈNES OCCULTES

raons. À Tanger il y a la Défense Marocaine. Nous nous permettons, sans vouloir lui être désagréable, de dire au Petit monégasque journal de la principauté de Monaco, qu’il est de tous ceux là, celui qui nous intéresse le moins.

Au Nouveau Monde les journaux français sont nombreux. Le Courrier des États-Unis, de New-York et l’Abeille de la Nouvelle-Orléans comptent parmi les plus importants. En Californie se publie le Franco-Californien à San-Francisco et, dans le Sud, l’Avenir de Los Angeles. À citer encore deux hebdomadaires, le Nouveau Monde, à Chicago et la Guêpe, en Louisiane. Au Brésil paraissent le Courrier de Saint-Paul à Saint-Paul et l’Étoile du Sud à Rio de Janeiro. Mais ce sont des hebdomadaires comme l’était la France, publiée au Chili et qui vient malheureusement de disparaître. Les deux grands organes français de l’Amérique latine sont le Courrier du Mexique, vieux déjà d’un demi-siècle, et le Courrier de la Plata qui, de seize pages quotidiennes, passe souvent à trente-deux et parfois même à quarante. C’est un journal digne de la forte colonie de cent mille Français qui nous représentent à Buenos-Ayres. Shanghaï possède un Écho de Paris quotidien et enfin la Siam free press de Bangkok, malgré son titre anglais, défend les intérêts français et en partie dans notre langue.

Cete rapide énumération est fort incomplète. Mais le chiffre total de 782, indiqué par M. Jean Bernard dans la chronique à laquelle nous empruntons ces détails, nous excuse de nous borner à un résumé. Il reste une impression d’ensemble infiniment satisfaisante au point de vue national et qui s’exprime sous une double forme : l’instrument existe et il pourrait fournir, si l’on savait en faire usage, beaucoup plus qu’il ne fournit actuellement. À nous autres Français d’en tirer parti.


----


PHÉNOMÈNES OCCULTES



Si l’on avait annoncé aux adeptes de la doctrine matérialiste, il y a trente ans, que la science sur laquelle s’appuyaient leurs con-