Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/532

Cette page n’a pas encore été corrigée
398
REVUE POUR LES FRANÇAIS

ton sous toutes ses formes, apprenant aux élèves à ne pas taper les portes, à ne pas crier et chanter dans les corridors et les escaliers, à surveiller leur tenue et à avoir toujours souci de leur respectability — par les élèves eux-mêmes au moyen de l’association qu’ils pratiquent librement sous les réserves suivantes : toute association pour fonctionner librement doit se composer d’au moins vingt membres fondateurs, poursuivre un objet licite et être munie d’une autorisation de fonctionner délivrée par le conseil sur la vue du règlement adopté. L’association peut se proposer pour buts : les exercices physiques, les lettres, le dessin, la musique, la photographie. Le concours d’un professeur de dessin et d’un professeur de musique ainsi que l’usage des laboratoires de photographie sont assurés aux associations qui pratiquent ces derniers objets. Leur sont également facilitées : l’organisation de séances musicales publiques et l’organisation d’une exposition annuelle de dessins, aquarelles, plans topographiques et photographies.

Éducation morale

Nous n’avons pas à formuler ici un programme d’éducation morale, laquelle se confond, en général, avec l’enseignement religieux. Les maîtres doivent seulement veiller à cultiver le patriotisme de l’élève et l’esprit d’abnégation en même temps qu’à lui enseigner un juste respect des autres patries. Ils doivent ancrer dans l’esprit de celui-ci la notion de son devoir social qui n’est pas un devoir collectif mais un devoir individuel. Le jeune homme n’a nullement à s’occuper de réformer et d’améliorer la société mais simplement de faire son propre chemin ce qui est le meilleur moyen de la bien servir, le vieil adage romain civium vires civitatis vis étant la règle unique et primordiale à se proposer. La cité la plus puissante et la plus progressiste est celle dont les fils sont le mieux musclés, le plus actifs, le plus entreprenants et le plus riches. Le professeur attire ainsi l’attention de l’élève sur sa responsabilité vis-à-vis de ses concitoyens. Il doit lui apprendre, dès le collège, à se hâter prudemment, à ne rien remettre au lendemain de ce qui peut se faire le jour même ; les instants qui figurent sur le tableau d’emploi des heures comme « temps libre » constituent le jardin d’essai de l’élève à cet égard.