Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/504

Cette page n’a pas encore été corrigée
370
REVUE POUR LES FRANÇAIS

faite par le roi de Grèce du consentement des puissances ne facilite rien. Elle proclame une fois de plus les titres indiscutables de l’hellénisme à la possession de la Crète et en même temps elle encourage les intéressés à faire valoir plus énergiquement ces titres. Quel que soit le talent très réel de M. Zaïmis, il aura moins de prestige et partant moins d’action sur ses administrés que n’en avait le prince Georges et réussira moins bien à leur faire prendre patience.

Le sort de Cuba est infiniment moins intéressant désormais que celui de la Crète et les Cubains sont plus ou moins les propres artisans de leurs infortunes. Aussi bien ont-ils de la chance d’avoir pour voisin l’oncle Sam qui n’est pas un ogre et ne les mangera pas. L’oncle Sam s’est réinstallé chez eux provisoirement pour y faire un peu d’ordre, puisqu’ils n’ont pas su s’accommoder du gouvernement très sortable dont ils jouissaient. Il est probable que la besogne faite, l’oncle Sam rentrera chez lui. Mais si les Cubains devaient continuer longtemps ce jeu-là, ils finiraient par y perdre totalement leur indépendance et personne ne les plaindrait.

En Russie.

Le correspondant du New-York Herald écrivait à son journal ces temps-ci que la foire de Nijni Novgorod avait dépassé en éclat toutes les foires précédentes et que le mouvement des affaires y avait atteint un chiffre inusité ; le même renseignement a été donné par d’autres correspondants de journaux. Alors ?… Pensez-vous qu’en pleine révolution française l’offre et la demande fussent si copieuses ? Certes on ne saurait s’exagérer les inquiétudes que les événements actuels sont bien faits pour inspirer aux amis de la Russie mais il est parfaitement certain d’autre part que, depuis le commencement des troubles, nous sommes faussement renseignés par des personnes ayant intérêt à donner les pires impressions et à pousser toutes choses au noir. Trop d’intérêts inavouables, politiques et financiers, tournent autour de cette crise russe pour que les gens raisonnables ne se méfient pas des nouvelles qui leur parviennent. Cela ne rend pas d’ailleurs la solution plus aisée à trouver.