Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/453

Cette page n’a pas encore été corrigée
329
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

jusqu’au Caucase, où elle se fait sentir parmi les Tatars d’Elisabetpol et de Zanquezour ; évidemment aussi, les récentes initiatives de l’empereur Guillaume sont pour beaucoup dans ce réveil d’un fanatisme redoutable mais on n’aperçoit nullement les éléments d’une action unifiée, telle qu’en exigerait une tendance véritablement panislamique : et ce mot, en fin de compte, apparaît encore vide de sens ; s’il doit en prendre un quelque jour, ce jour n’est pas prochain.

Cosas de Cuba.

L’insurrection qui a éclaté à Cuba, peu après la réélection de M. Estrada Palma à la présidence de cette jeune république, n’a point de causes bien nobles ni profondes. Il y a là d’abord un concurrent évincé, le général Gomez, qui a oublié de regarder comment faisait M. Doumer le lendemain d’un scrutin défavorable et qui, ainsi, a pris un fusil de rebelle au lieu d’une cigarette de philosophe. Il y a ensuite les soldats de la guerre de l’Indépendance mécontents, comme tous leurs devanciers des autres pays, du sort qui leur est fait. L’émancipation de leur patrie ne suffit pas à les réjouir ; ils voudraient des avantages et des honneurs ; un emprunt a été contracté pour le paiement de leur solde arriérée : ils se plaignent de la façon dont les fonds consacrés à ce paiement ont été répartis. Ajoutez-y des citoyens américains propriétaires dans l’île et qui la verraient avec plaisir annexée au territoire des États-Unis. Enfin, dit-on, les gouvernants sont assez dédaignés de l’aristocratie créole qui, de son côté, se montrerait volontiers favorable à l’annexion. Si la lutte se prolonge, il faudra bien que le président Roosevelt se décide à envoyer des troupes ; il ne le fera qu’à contre-cœur et, jusqu’à présent, ses administrés ont la sagesse de comprendre sa répugnance à intervenir — et de la partager.

Belgique et Hollande.

On commence à s’occuper de la possibilité d’une alliance à venir entre la Belgique et la Hollande. Cette alliance étant dans la force des choses, nous n’avons jamais douté qu’elle ne se nouât. Elle avait contre elle d’évoquer de mauvais souvenirs. Les traités de 1815, en effet, avaient imposé aux Belges qui n’en voulaient point,