Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/333

Cette page a été validée par deux contributeurs.
239
SUR L’HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION

ainsi plus « chose d’État » que sous l’Ancien régime. « Pour la rendre vraiment nationale, gallicane, le Concordat avec le Pape fut rompu, les évêques, les curés furent élus par les mêmes électeurs qui élisaient les autres fonctionnaires ». Mais la Constituante aboutit à un résultat diamétralement opposé à celui qu’elle recherchait. La Constitution civile du clergé amena un schisme dans l’Église. Or, « les prêtres papistes d’accord avec les évêques émigrés se comportèrent généralement en agents de la contre-révolution. Ils furent les inspirateurs et les complices de l’insurrection vendéenne et bretonne ». C’est de cela que naquit la tentative de déchristianisation, tentative qui « s’arrêta quand la défense nationale eut été assurée par la victoire des armées ». Mais alors « la Convention établit le régime de séparation des Églises et de l’État, le régime de la laïcité de l’État et de la liberté des cultes ». C’est ainsi que « le régime de la séparation exista en France pendant près de huit années, de septembre 1794 à avril 1802, c’est-à-dire jusqu’à la promulgation du Concordat ». « Quand Bonaparte le supprima afin de devenir Empereur par le Pape, ce régime fonctionnait fort bien, sans qu’aucune conscience fut froissée, dans la liberté légale ».

Nous avons pensé qu’il était intéressant de donner, d’après M. Aulard lui-même, quelques-unes des conclusions fermes auxquelles ont abouti les études des historiens actuels de la Révolution. Nous émettons le vœu que nos grandes sociétés historiques qui comptent dans leurs rangs des travailleurs de très haute valeur rompus dès longtemps à la méthode scientifique, se décident à publier dans leurs bulletins spéciaux et sous la forme la plus abrégée possible, mais avec référence aux ouvrages dont les conclusions seraient extraites, les résultats qu’il est permis de considérer comme définitifs, notamment sur les périodes de l’histoire moderne. L’enseignement secondaire pourrait ainsi profiter d’une manière presque immédiate du travail des érudits.