Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/323

Cette page a été validée par deux contributeurs.
229
L’ÉTHIOPIE D’AUJOURD’HUI

d’un passage l’influence du droit romain. « Il est vieux comme le monde, disent là-bas les lettrés. Nos pères l’ont copié chez les Romains et à Jérusalem ». Quoi qu’il en soit, la justice éthiopienne est d’essence supérieure ; elle présente de sérieuses garanties pour la liberté individuelle, tient publiquement ses débats, ignore absolument la torture. À sa tête est placé l’empereur, qui juge en dernier ressort, avec son tribunal particulier.

L’Éthiopien a l’amour de la chicane et des procès. En général deux personnes qui se querellent à un propos quelconque ont coutume de recourir à un arbitrage, à l’arbitrage du premier venu ; la sentence rendue, on n’en tient le plus souvent aucun compte, et on porte le différend devant les juges. On en appelle de l’un à l’autre quatre ou cinq fois, et l’on ne s’avoue jamais battu. Les procès durent indéfiniment.

Au criminel, les choses se passent plus rapidement. Les peines appliquées sont sévères : celui qui récidive dans le vol a la main tranchée ; celui qui est convaincu de faux serment a la langue coupée ; celui qui tue est condamné à mort, selon le principe de la loi du talion. Le droit de vengeance appartenant à la famille de la victime, la justice lui remet l’assassin pour l’exécution de la sentence. Mais l’assassin a le droit de se racheter par une somme d’argent ; c’est « le prix du sang », le vorgeld en usage dans l’ancien droit français. Il est bien rare qu’un criminel ne profite pas de cette faculté de rachat, et les exécutions sont loin d’atteindre le nombre des condamnations. Ceux-là même qui n’ont pas d’argent trouvent quand même le moyen de se racheter : ils mendient leur rançon, de village en village, et on leur donne très volontiers. Car c’est aussi une caractéristique de la justice abyssine que les inculpés sont « enchaînés en liberté ». Il n’y a pas de prisons, donc pas de prisonniers… sauf dans la ville de Harrar. On se contente d’enchaîner l’accusé et d’en confier la garde à un de ses parents, à un ami, à une personne quelconque habitant le voisinage. Dans ces conditions, il y a peu d’évasions.


la valeur du pays

L’Éthiopie étant peu connue des Européens et des habitants eux-mêmes, il est difficile d’évaluer, même approximativement ses ressources. On peut dire cependant qu’elles sont considéra-