Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/254

Cette page a été validée par deux contributeurs.
176
REVUE POUR LES FRANÇAIS

loyaliste avait préconisée au milieu du dix-huitième siècle en faveur de la métropole et contre la France, s’était réalisée vingt ans plus tard avec Franklin insurgent et avec le concours de la France ; elle avait eu pour résultat de briser le lien politique qui assurait la souveraineté de l’Angleterre et de permettre à la France d’effacer, avec les hontes de la guerre de sept ans, les clauses les plus humiliantes du traité d’Utrecht.

Dans sa double carrière de loyaliste et d’insurgent, soldat ou négociateur, Franklin a toujours répondu résolument à l’appel du devoir ; il a été un fidèle de la loi morale, non pas à la manière passive du croyant qui s’incline avec humilité devant les décrets de la Providence, mais par un acte de sa volonté consciente et réfléchie. Il a été par excellence un agent actif du bien public et en obéissant à la caractéristique de sa nature qui était d’être le plus possible, il a su être le meilleur possible. L’action ne fut pas seulement sa faculté maîtresse, elle fut aussi pour lui la forme supérieure du devoir.


----


NOTRE SŒUR ROUMAINE



La nation roumaine est parvenue au cours de sa longue et laborieuse histoire à une étape heureuse où, célébrant le quarantième anniversaire de l’avènement de son souverain actuel, elle jette un regard en arrière et honore la mémoire de ses grands ancêtres. Faisons halte avec elle et associons-nous un moment à sa joie.


Origines Incontestées

Le premier résultat dont elle ait motif de se réjouir, c’est que ses glorieuses origines sont désormais incontestées. En même temps que des preuves abondantes — débris de monuments et parchemins inédits — ont surgi pour attester la permanence de l’hérédité latine si bien que, de Trajan à Charles ier, il n’existe plus, pour ainsi dire, de solution de continuité dans leurs annales, les Rou-