Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/25

Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

deux sièges. À Genève, entre les deux tours du scrutin, ils ont encore perdu 500 voix et leurs adversaires ont obtenu des majorités de quelque 1.600 voix. Tout cela est extrêmement significatif et intéressant pour plusieurs raisons. D’abord parce que la Suisse — ou, tout au moins certains cantons, — passaient pour obstinés dans leur progressisme. Il est parfaitement certain que la République helvétique incarne au sein du monde moderne le type le plus complet de l’État démocratique. Aussi tant que les partis avancés des autres pays l’ont vue marcher d’un pas tranquille vers les innovations audacieuses qu’ils appellent de leurs vœux, l’ont-ils invariablement citée en modèle à tous les peuples. Les mots : comme en Suisse, voyez la Suisse, ainsi fait la Suisse, revenaient sans cesse dans leurs discours. Un silence prudent a remplacé, depuis quelque temps déjà, ces louanges prématurées. C’est que l’opinion et les votes des électeurs suisses accusaient une évolution certaine. Les derniers scrutins prouvent que cette évolution va s’accentuant. Elle n’a pourtant rien d’une réaction et c’est là un second point qu’il importe de signaler au passage. Il y a bien, en Suisse, des conservateurs ou, plus justement, des réactionnaires mais leur nombre est faible et ils ne seraient nullement en mesure de prendre le pouvoir s’il leur était offert. Ce sont les libéraux avancés de la veille et aussi les radicaux qui ont dessiné le recul ; ils l’ont fait avec décision et modération tout à la fois. Le pays est las d’agitations qu’il juge stériles et de grèves qui lui paraissent coûteuses ; il n’a cure des principes abstraits, voilà le fait. Rien ne peut rien contre les faits. Les socialistes n’ont pas su convaincre la majorité ; qu’ils s’en prennent à eux-mêmes. Les pacifistes — ou pour parler plus exactement, — les anti-militaristes n’ont pas réussi davantage. Le retentissant discours prononcé, il y a quelques mois, par un des membres les plus éminents du gouvernement helvétique et dans lequel l’idée de patrie et le culte à lui rendre se trouvaient affirmés de la façon la plus énergique, a été fort approuvé dans tous les cantons et la nation dans son ensemble entoure ses institutions militaires d’une sollicitude croissante.

Délit d’opinion.

Le mot a été écrit par M. Anatole France au cours du procès intenté aux anti-militaristes de France lesquels avaient cru pou-