Ouvrir le menu principal

Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.


PROGRAMME ÉLECTORAL



Les programmes électoraux vont comme d’habitude se ressembler par la précision et la multiplicité des détails. Les candidats annonceront copieusement aux électeurs tout ce qu’ils souhaiteraient d’accomplir pour leur bien, général et local. Ce sera superbe. Gageons toutefois que le principal manquera, c’est-à-dire que l’électeur se trouvera de nouveau en face de cette alternative qui le pressure depuis vingt ans : continuer ou réagir ; suivre l’ornière ou rétrograder… Si nous étions candidat, ce qu’à Dieu ne plaise, voici pourtant le langage que nous tiendrions : Messieurs, nous vous proposons de vous tenir tranquilles en politique ; il n’y a rien à faire présentement dans ce domaine-là ; votre Constitution a marché trente-et-un ans ce qui n’était advenu à aucune de ses prédécesserices et nous n’apercevons pas ce qu’on gagnerait à lui mettre de nouvelles jointures ou même un estomac en métal, les revisions de Constitution n’ayant jamais abouti dans notre histoire qu’à affaiblir le malade dont on prétendait renforcer l’organisme. Nous vous proposons de ne pas toucher à l’armée ; elle est homogène et instruite et doit se tenir prête en vue d’une agression sous la menace de laquelle nous nous trouvons depuis un an et qui, même l’affaire du Maroc réglée, — peut se produire d’un moment à l’autre, sous n’importe quel prétexte. Nous vous proposons de ne plus vous occuper de religion par le motif que l’avenir seul dira si le régime établi par la loi de séparation est viable ou non et que, dès lors, c’est perdre son temps que de chercher à amender prématurément ledit régime dans un sens ou dans un autre.

Nous aurions bien encore envie de vous recommander l’économie dans les budgets, une sage décentralisation, la diminution du nombre des fonctionnaires, la limitation des cabarets et toutes sortes de choses excellentes ; mais nous savons que la Chambre prochaine sera tout aussi incapable que les Chambres précédentes de les réaliser. Cette incapacité est inhérente à son origine et à son caractère d’assemblée démocratique à court