Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome I, 1876.djvu/531

Cette page n’a pas encore été corrigée


Si l’histoire générale de la philosophie n’a été l’objet d’aucun travail nouveau, en revanche, de savantes études ont été faites sur les trois grands systèmes entre lesquels se partage l’histoire de la philosophie.

Citons les Sept livres sur Vhistoire du Platonicisme de Heinrich von Stein, prof, à Rostock (Gôttingue, chez Vandenhœck, 1862 à 1875).

L’Histoire du matérialisme de Lange, 2e édition (Userlohn, 1873- 1875).

L’Appréciation du criticisme d’un point de vue idéaliste, par J. Begmann (Berlin, chez Mittler, 1875).

Le présent numéro des Monatshefte ne contient que l’analyse très- développée et très-intéressante d’ailleurs du premier de ces trois ou- vrages, ou plutôt de l’introduction et des deux premiers livres. Nous y reviendrons quand l’analyse aura été complétée. Nous nous bornons à dire dès maintenant que le livre de M. de Stein se recommande par la nouveauté, l’étendue, l’exactitude des recherches.

��ZEITSCHRIFT FUER PHILOSOPHIE UND PHILOSOPHISCHE KRITIK

(Année 1876, n° 1.)
ARTICLES ORIGINAUX.

Le D»^ Fr. Steffens donne la seconde partie d’une étude sur « le profit que la connaissance de l’histoire de la philosophie grecque depuis Thalès jusqu’à Platon peut tirer des écrits d’Aristote. »

Nous y remarquons un choix et une interprétation habiles des textes d’Aristote : mais aucune nouveauté vraiment intéressante.

Antimaterialismus, par le D’ Franz Hoffmann. C’est une critique étendue des chapitres nouveaux que le docteur Louis Eûchner a joints à la troisième édition de son livre « Sur la nature et la science. » (Leipzig. Thomas, 1874). La l^’^ édition avait été traduite en 1866 par Delondre pour la Bibliothèque de Philosophie contemporaine.

L’article sur « VOrigine et Vunitè de la vie, » à propos du livre de J. Pennetier (« Origine de la vie. Préface par A. Pouchet. Paris, 1868) » revient sur la question de la génération spontanée et la résout dans le sens de ses partisans ; mais ne tient pas compte suffisamment des objections de Pasteur. L’auteur ne paraît pas songer que tous les matérialistes ne sont pas d’accord sur cette question ; que Huxley, par exemple, déclare que les expériences de Pasteur ont donné le coup de grâce à la théorie de la génération spontanée ; que Bastian enfin ne lui est pas plus favorable. L’article sur « la Physique et les métaphysiciens » est écrit à l’occasion d’une leçon faite à Edimbourg par le professeur anglais Tait « sur le caractère de la vraie science. » — Bûchner s’attaque aux métaphysiciens, surtout à Ed. von Hartmann, qu’il considère comme victorieusement réfuté par le médecin de New-York, Sliebeling, dans l’opus-