Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome I, 1876.djvu/372

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

C’est pour la même raison que des habitudes de fraîche date qui ont réussi à triompher momentanément d’anciennes habitudes, sont bientôt effacées de nouveau par ces dernières, à moins d’être entretenues par de fréquentes répétitions. Chassez le naturel, il revient au galop. C’est que derrière les habitudes anciennes un moment effacées il subsiste toujours une foule d’adaptations en harmonie avec elles et qui tendent à en suggérer à chaque instant le rappel. La nouvelle habitude est continuellement menacée, attaquée par des retours de son adversaire ; et si elle ne trouve des secours dans des renouvellements d’excitation venus du dehors, elle résiste de moins en moins ; car elle se trouve à son tour dans la situation d’une habitude établie attaquée par des habitudes nouvelles. À chaque réveil de l’habitude ancienne, il y a un certain quantum de la résistance de l’habitude nouvelle qui est détruit et a besoin d’être réparé. C’est pourquoi, dans l’ordre politique, les restaurations s’accomplissent si facilement après les révolutions. Un gouvernement renversé laisse derrière lui des intérêts, des habitudes, qui travaillent continuellement pour lui, attentifs à profiter, pour regagner du terrain, des fautes inévitables du gouvernement nouveau qui rencontre toujours, à cause de sa nouveauté même, des difficultés immenses d’adaptation. Dans l’ordre purement biologique, il n’est pas un touriste qui n’ait éprouvé par lui-même que les jambes portées à un degré extraordinaire de force, après un voyage à pied, reviennent bientôt après quelques jours d’une vie sédentaire, à l’état où elles étaient auparavant. De toutes les choses que nous avons apprises, les seules que nous retenons définitivement sont celles que nous avons revues plusieurs fois, ou qui, spontanément ou par suite des circonstances, ont été plusieurs fois réveillées dans l’imagination. Un fait de peu d’intensité, répété plusieurs fois, reste souvent gravé dans le souvenir plus qu’un fait important qui n’a pas été répété. En revanche les choses apprises et ensuite oubliées sont plus facilement rapprises que si elles ne l’avaient pas été une première fois ; cela tient à ce qu’elles avaient laissé subsister derrière elles certaines conditions toutes prêtes à se réajuster avec elles.

Les animaux qui ont reçu de la culture domestique des instincts particuliers résultant d’une sélection artificielle, reviennent facilement, quand ils sont abandonnés à eux-mêmes, à l’état sauvage où vivaient leurs ancêtres.

Ainsi l’habitude lutte contre l’habitude ; les habitudes établies résistent à l’introduction d’habitudes nouvelles ; et les habitudes anciennes réagissent pendant longtemps contre les habitudes d’acquisition relativement récente. Au point de vue de la civilisation,