Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/603

Cette page n’a pas encore été corrigée


REGNAtJD. — ÉTUDES DE PHILOSOPHIE INDIENNE 593

Une autre Upanishad, la Mundaka Upanishad, IL 1-10, postérieure elle-même à YAitareya Upanishad et qui peut avoir été rédigée vers le commencement de l'ère chrétienne, représente l'être mani- festé et perceptible comme une émanation de l'être idéal, sans con- clure toutefois au caractère purement illusoire de l'univers sen- sible.

« Ceci est le vrai. De même que des milliers d'étincelles jaillissent d'un feu bien enflammé dont elles ont la nature, de même, ô mon ami, les âmes individuelles (ou les créatures) diverses sortent de l'être immuable et y retournent.

« hepurusha, (Brahma, l'être par excellence considéré comme uni au monde matériel) est brillant, sans corps ; il réside à l'intérieur des choses extérieures; il n'a point eu de commencement, il est sans souffle vital, sans organe de la pensée ; il est pur et supérieur à Têtre immuable et supérieur (Brahma considéré comme distinct du monde matériel).

« De ce purusha naissent le souffle vital, l'organe de la pensée et tous les sens, l'éther, l'air, le feu, l'eau, la terre qui supporte l'univers.

« Le feu est sa tête, la lune et le soleil sont ses yeux, les points cardinaux sont ses oreilles, les Vedas que l'on connaît sont, sa voix, l'air est son souffle vital, l'univers est son cœur; la terre est née de ses pieds. Il est la conscience (l'âme) qui est au dedans des êtres.

« De ce (purusha) naît le feu dont le soleil est le combustible ; du soma ' naît le nuage (et du nuage) les plantes qui croissent sur la terre. Le mâle répand la semence dans le sein de la femme. C'est dans cet ordre que les nombreuses créatures sortent du purusha.

« De ce (purusha) sont issus les Rig-Veda , le Sâma-Veda , le Yajur-Veda, la consécration, les sacrifices, toutes les oblations et les dons rémunératoires aux prêtres, l'année (dans ses rapports avec

çabdam çrnoti yena va gandhân âjighrati yena vàcam vyakaroti yena va svàdu cùsvùdu ca vijânâti.

Yad etad dhrdayam manaç caitat samjnànam àjnànam vijnânam prajnânam medhâ drsh<ir dhrtir matir manîshâ jûti/» smrtiA samkalpa/t kratur asu/i kâmo vaça iti sarvâ/?y evaitâni prajnânasya nàmadheyâni bhavanti.

Esha bramaisha indra esha prajàpatir ete sarve devà imâni ca panca mahu- bhûtâni prthivî vâyur âkâça âpo jyotirnshîty etànîmàni ca kshudramiçrà^îva vîjânîtarâni cetarâni câudajâni ca jârujâni ca svedajàni codbijjâni câçvà gâvah purusha hastino yat kim cedam pràni jangamam ca patatri ca yac ca sthàva- ram sarvam tat prajnânetram prajnàne pratishJhitam prajnânetro loka't prajîïâ pratishthâ prajnânam brahma.

1. Plante sacrée dont le jus exprimé sert d'offrande dans les sacrifices et de boisson aux sacrifiants. Ici c'est le type des choses humides et de la fécondité.

�� �