Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/505

Cette page n’a pas encore été corrigée


SÉAILLES. — L'ESTHÉTIQUE DE HARTMANN 495

des lois de l'esprit et la recherche objective des conditions du beau donnent les matériaux de la science, qui ne se borne plus à des affirmations sans preuve. Le génie est bien l'apparition plus ou moins soudaine d'une conception d'ensemble, où l'analyse trouve ap- pliquées toutes les lois de la pensée : ce n'est pas à dire qu'il faille enlever l'œuvre à l'individu et rendre le rôle de la réflexion incom- préhensible, en ne lui laissant aucun rapport avec l'inspiration, qui serait d'un autre ordre. Le plaisir esthétique nous paraît bien être la présence simultanée et la conscience immédiate d'un grand nombre de sensations et d'idées en un accord, dont l'analyse peut découvrir les lois ; mais de ce qu'on perçoit par une seule intuition, un en- semble de phénomènes, peut-on conclure que le plaisir total soit un composé de plaisirs inconscients? par quel miracle l'inconscient devient-il la conscience ? et quel est le lien qui unit ces deux états contradictoires ?

SÉAILLES.

[A suivre.)

�� �