Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/454

Cette page n’a pas encore été corrigée


REVUE DES PÉRIODIQUES ÉTRANGERS

��VIERTELJAHRSSCHRIFT FUR WISSENSCHAFTLIGHE PHILOSOPHIE. Numéro 3 (1™ année).

Lasswitz {Essai sur le problème cosmologique, et sur la fixation du concept de Vinfinitè).

Depuis Riemann, les tentatives de la métagéométrie ont rencontré l'adhésion ou du moins la faveur des savants, mais provoqué fré- quemment l'antagonisme des philosophes. Ainsi W. Gdring (Raum und Stoff. Berlin. 4876), se plaçant au point de vue de Kant, rejette l'es- pace à n dimensions de la géométrie non-euclidienne, parce que cet espace échappe à l'intuition sensible. Mais, objecte Lasswitz, les équa- tions algébriques, qui représentent les rapports géométriques pour le mathématicien, ne sont pas davantage des objets d'intuition : et pour- tant personne ne songe à en contester la légitimité ni l'emploi. — Lasswitz se propose surtout de défendre contre W. Goring et aussi contre Wundt (voir le premier numéro du Vierteljahrsschrift) les idées de Zôllner sur la me suret {Krùmmungmaas), sur la représentabilité (Vorstellbarheit) de l'espace sphérique. Il combat la théorie que Wundt a émise sur la d ouble infinité du, tem ps et de l'espa ce, en opposition avec la q uantité finie de la matière , qui remplit l'un et l'autre.

Wundt, en quelques pages, maintient et essaie de faire triompher ses précédentes conclusions.

— Riehl (A.). Causalité et identité.

Analyse historique et logique du principe de causalité, ert vue d'éta- blir que la causalité n'est pas un principe primordial et irréductible de la connaissance. C'est Leibniz qui, le premier, a voulu placer la causa- lité sur le même rang que l'identité : Spinoza avait très-bien montré qu'elle est subordonnée à cette dernière, comme un principe dérivé. Kant et Stuart-Mill n'ont pas mieux saisi le véritable rapport de ces deux principes. Ils ne voient pas que la véritable cause (Ursache) et la raison suffisante (Grund) sont, au fond, identiques; et que, entre la cause et l'effet, il n'y a pas plus de différence logique qu'entre le prin- cipe et la conséquence. — Riemann a mieux entendu qu'eux l'origine et le sens du concept de causalité. Il faut reconnaître avec lui que c la connexion des choses, ou encore la manière dont la nature tire des

�� �