Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/442

Cette page n’a pas encore été corrigée


432 REVUE PHILOSOPHIQUE

historique, et qui nous donne un exposé plus encore qu'une réfutation des systèmes. M. Ferraz a réussi à écrire une série d'études, complètes dans leur brièveté même, et où la richesse des détails est telle qu'il serait imprudent d'en essayer l'analyse. Sans doute, l'auteur avait affaire à un sujet si abondant qu'en maint endroit on trouve plutôt un résumé exact qu'une analyse approfondie. Mais n'est-ce pas tout ce que méritent des doctrines souvent plus bruyantes que réfléchies, et qui n'ont droit qu'à une mention, à un souvenir de l'histoire? M. Ferraz a habilement associé à l'exposition des doctrines les détails personnels et biographiques sur le caractère des hommes. Il a noté leurs pas- sions, et les influences intimes, qui, dans la vie de Saint-Simon et d'Au- guste Comte, pour ne citer que ceux-là, ont déterminé les vicissitudes de la pensée, et expliquent bien des contradictions apparentes. La biographie, dont il ne faut pas abuser, est tout à fait à sa place quand il s'agit d'écrivains qui ont été moins des penseurs abstraits et soli- taires, que des hommes de sentiment et d'action.

Un des traits le plus fortement accusés chez ces différents pen- seurs, et le plus heureusement mis en relief par M. Ferraz, c'est qu'ils ne se bornent pas à une critique négative. Ils ne songent pas seule- ment à détruire : leur prétention est d'organiser, d'ouvrir une ère nou- velle, de clore les révolutions et là période critique, en reconstruisant la société avec des principes de leur choix. Sur ce point, sur la néces- sité de réorganiser l'ordre social, sinon sur les moyens d'y parvenir, ils sont d'accord, et aucun d'eux, je crois, n'eût éprouvé une trop vive surprise, aucun ne se fût récusé, si une volonté imprévue du peuple les avait appelés l'un ou l'autre à gouverner l'État. Ils avaient tous leur plan de gouvernement : il ne leur a manqué que l'occasion et la puis- sance pour faire le bonheur des nations ! Dans la galerie de penseurs que M. Ferraz nous fait parcourir, il n'y a pas seulement les origi- naux, il y a même les excentriques; Gabet, par exemple, cet utopiste bizarre qui, entre autres étrangetés, demandait qu'on brûlât tous les livres anciens, et qu'on n'écrivît de livres nouveaux que sur la com- mande de l'État. Cabet, comme les autres, se flattait de pouvoir renou- veler la société, et, plus heureux que ses rivaux, il fit l'essai de ses idées : on sait le succès qu'il obtint! L'histoire de la philosophie se compromettrait à s'arrêter trop longtemps sur d'aussi pauvres épisodes de la pensée humaine : elle doit être l'histoire de la raison, non l'his- toire de la folie. Elle a cependant le devoir de distinguer et de démê- ler au milieu de ce chaos d'opinions et parmi ces efforts qui ne furent souvent que des avortements, les intentions supérieures aux résultats, et les aspirations généreuses mal servies par des intelligences incom- plètes. Parmi ces hommes, en effet, tous n'étaient pas des courtisans de la multitude : quelques-uns furent des âmes sincères, véritablement éprises de la vérité et de la justice, et il n'est que légitime de recon- naître dans leurs oeuvres, à côté des idées fausses et dangereuses, des illusions honorables, dans leur naïveté, et des intentions pures.

�� �