Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/42

Cette page n’a pas encore été corrigée


32 REVUE PHILOSOPHIQUE

��III

��Dans la partie synthétique de son ouvrage, consacrée au méca- nisme de la connaissance, ce qu'il faut louer d'abord chez M. Taine c'est le parti-pris bien net de renoncer à toute explication par des entités. Nul n'a été plus hostile à l'hypothèse des facultés, à « ces êtres spirituels cachés sous les phénomènes comme sous des vête- ments, » à ces qualités occultes personnifiées sous les noms d'ima- gination, mémoire, raison, etc., qui ne sont que des explications ver- bales, héritage des scolastiques. Pour lui, le pouvoir (la faculté, la force) n'est que la propriété qu'a un fait d'être toujours suivi d'un autre fait : et c'est ce qu'il a montré par de nombreux exemples. Par suite tous les fantômes métaphysiques s'évanouissent et il ne reste plus que des faits et des rapports. Cette manière de procéder en psy- chologie a paru singulière à beaucoup de gens. Elle était, en effet, complètement en désaccord avec leurs habitudes d'esprit et, ce qui est capital, avec une tendance naturelle à l'esprit humain. Expliquer les phénomènes par une abstraction qui en est tirée et qui en repré- sente la quintessence, tel est le début de toute science de fait : ainsi ont commencé la physique et la chimie. Mais les psychologues doivent perdre cette habitude, comme l'ont fait les physiciens et les chimistes. Quand par une discipline soutenue, ils se seront accou- tumés à ne considérer que des phénomènes et des rapports, ils auront acquis une manière de penser plus scientifique et aussi com- mode que l'autre.

C'est par la tendance hallucinatoire, qui est inhérente à la fois à la sensation et à l'image, que M. Taine explique à la fois la percep- tion extérieure et la mémoire .

Pour lui la perception est « une hallucination vraie. » Cette expres- sion a fait du bruit et a été souvent critiquée. Le terme même d'hallu- cination vraie, a-t-on dit, implique une contradiction, puisqu'une hal- lucination emporte l'idée d erreur. De plus, l'état maladif auquel est empruntée toute cette théorie se distingue notoirement des autres états avec lesquels M. Taine se plaît à le confondre : l'imagination, le souvenir, le rêve : en général, par cela même qu'elle est maladive l'hallucination se prête mal à devenir le type de nos opérations intel- lectuelles.

Si la critique porte sur l'expression, on ne peut dire qu'elle est juste, car ce terme a donné lieu à beaucoup de contre-sens. Quant au fond, l'affirmation de l'auteur est exacte: elle montre que contrai-

�� �