Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/41

Cette page n’a pas encore été corrigée


RIBOT. — M. TAINE ET SA PSYCHOLOGIE 31

inférieurs à lui, donnent lieu à bien des doutes et à de grandes dif- ficultés d'interprétation. Une bonne observation clinique, faite sur l'homme lui-même, enregistrée d'après ses déclarations, aurait plus de poids que toutes les vivisections. Or, que sentirait un homme privé de ses hémisphères cérébraux, le reste de l'encéphale étant intact? Nous n'en savons rien; mais on sait que dans les cas d'hé- morrhagie cérébrale ou de ramollissement siégeant à la partie pos- térieure de la couronne rayonnante de Reil, de manière à inter- rompre les faisceaux nerveux qui relient la substance corticale avec le ganglion situé au-dessous et par conséquent avec les centres sen- soriels, on observe, du côté opposé du corps, une anesthésie affec- tant les divers modes de la sensibilité , c'est-à-dire la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût, le toucher. — Le rôle psychologique des centres sensoriels est donc loin d'être nettement déterminé et nous souhai- tons que M. Taine qui tient compte de tous les faits que chaque jour la physiologie nous apporte, examine à nouveau cette question. En général, on regarde les hémisphères cérébraux comme le siège des facultés intellectuelles les plus élevées. La thèse propre à M . Taine, c'est d'en faire « un instrument de répétition. » On peut considérer lescentres sensoriels comme le lieu où sont représentés toutes les parties de notre corps et tout ce qui entre par nos sens spéciaux. Lorsqu'une sensation s'est produite, « une action exactement sem- blable se développe par contre-coup dans un élément cortical des lobes cérébraux et y éveille la sensation secondaire ou image.... Plus l'écorce cérébrale est étendue, plus elle a d éléments capables de se mettre en action les uns les autres plus elle est un instru- ment délicat de répétition. Le cerveau est donc le répétiteur des centres sensitifs; tel est son emploi, et il l'exécute d'autant mit ux qu'il est lui-même composé de répétiteurs plus nombreux» (tome I, p. 330). M. Taine admet que le cerveau étant composé d'éléments simi- laires mutuellement excitables, l'action transmise à l'un des éléments se transmet aux autres, à peu près comme une vibration qui passe- rait d'une corde à une autre; c'est ce qui rend possibles ces associa- tions, fusions, combinaisons d'images qui constituent toutes nos con- naissances. — Cette hypothèse qu'il a très-ingénieusement exposée, a l'avantage d'être d'accord avec ce fait anatomique constant que les lobes cérébraux ont un très-grand développement chez les animaux les plus intelligents. Mais il n'est guère possible de se prononcer défi- nitivement sur ce point, si l'on remarque que des travaux récents tendent à localiser certaines fonctions dans certaines parties de l'é- corce cérébrale, et que de là on pourra peut-être un jour tirer des conséquences psychologiques inattendues.

�� �