Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/276

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES PRINCIPES DIRECTEURS

DES HYPOTHÈSES

(suite et fin) *.

��Quelle est l'origine des principes directeurs que nous venons de passer en revue? Les principes des sciences particulières sont des hypothèses confirmées dont la valeur se mesure au degré de leur confirmation expérimentale. Si l'on réussissait un jour à réduire d'une manière valable les phénomènes de la vie au pur mécanisme, la direction des recherches biologiques se trouverait modifiée, puisque la biologie disparaîtrait, à titre de science spéciale, pour se fondre dans la physique. Quant à la recherche de l'unité sous ses diverses formes, ce n'est pas une hypothèse, mais le principe directeur de toutes les hypothèses ; c'est une loi de la raison qui devient le pos- tulat de la science entière. L'homme n'a pas trouvé fortuitement l'harmonie des choses et la réduction de phénomènes complexes à des éléments simples, de manière que ses recherches sous ce rapport soient le résultat d'une découverte faite par hasard dont il aurait généralisé les résultats. « L'image du Cosmos qui s'est révélée pri- « mitivement au sens intérieur comme un vague pressentiment de « l'harmonie et de l'ordre dans l'univers, s'offre aujourd'hui à l'esprit « comme le fruit de longues et sérieuses observations. » Ainsi parle M. de Humboldt 2 . M. Helmholtz disait aux naturalistes allemands réunis à Inspruck en 1869 : « La grande masse des phénomènes 4 s'ordonne de plus en plus sous la main de la science ; les doutes « concernant l'existence de lois immuables des phénomènes dispa- « raissent chaque jour; l'on découvre des lois toujours plus grandes « et plus générales! Les résultats pratiques montrent qu'on est dans « la bonne voie 3 . » Ce sont les résultats pratiques en effet, qui garantissent à la raison que ses lois fondamentales sont d'accord

1. Voir le numéro précédent de la Revue philosophique.

2. Cosmos, Tome I, page 2.

3. Revue des cours scientifiques, du 8 janvier 1870.

�� �