Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/18

Cette page n’a pas encore été corrigée


8 REVUE PHILOSOPHIQUE

La vie de M. Eduard Zeller a été consacrée, avec autant de réso- lution dans le fond que de gravité dans la forme, au progrès de cette science historique, qui, en tout ordre de faits, se défie des idées reçues et va droit aux sources les plus primitives, qui n'accueille aucun témoignage sans l'avoir scrupuleusement contrôlé, qui cher- che, sous le merveilleux, l'action normale des lois naturelles, et qui ne met fin à ses investigations, que lorsqu'elle a réussi à montrer, dans les grandes conceptions philosophiques ou religieuses qui éton- nent l'observateur superficiel, le produit logique et nécessaire du développement spontané de l'esprit humain.

Or, chez M. Zeller, ce sens toujours croissant de la critique histo- rique a eu pour point de départ la dialectique hégélienne, et ce n'est point par un changement brusque, mais par un progrès régulier, que l'admirateur des grandes synthèses à priori est devenu un partisan à outrance de la méthode objective. Si donc on veut savoir par quel travail intérieur l'histoire critique a peu à peu émergé de l'hégélia- nisme, M. Zeller est, à cet égard, l'un des hommes dont les idées peuvent être étudiées avec le plus de fruit. C'est dans cette vue que nous allons rechercher les principes qui président à sa théorie de l'histoire de la philosophie, c'est-à-dire nous demander comment se sont formées dans son esprit les doctrines qu'il professe et met en pratique touchant l'objet, la méthode et la loi de cette partie de l'his- toire.

��II

��Absorbée en quelque sorte dans la philosophie elle-même, l'his- toire de la philosophie, chez Hegel et chez ses disciples immédiats, avait pour objet de montrer, sous la série en apparence contingente des systèmes, l'évolution nécessaire de la raison universelle. Iden- tité intime de l'ordre chronologique des faits et de l'ordre logique des concepts : tel était le principe de cette conception de l'histoire ; et comme les concepts, pensait-on, sont connus plus immédiatement que les faits, la tâche de l'historien consistait uniquement à retrou- ver, dans les données de l'expérience, la réalisation sensible des

System Zwingli's. Tùb., 1853. — Die Apostelgesch . nach. ihr. Inhaït u. JJrs- prung, Stuttg., 1851. — De Hermodoro Ephesio et Hermodoro Platonico. Mar- burg, 1859. — Vortraege u. Abhandl., Leipz., 1865; 2 e édit., Leipz., 1875. — Gesch. d. deutsch. Philos, seit Leibniz. Mûnchen, 1873, 2 e édit. 1875. — Staat u. Kirche, Vorlesungen an d. Univ. zu Berlin gehalten, Leipz., 1873. — D' Strauss in sein. Leben u. sein. Schriften geschildert. 1874.

�� �