Ouvrir le menu principal

Page:Revue philosophique de la France et de l’étranger, IV.djvu/11

Cette page n’a pas encore été corrigée


E. ZELLER

ET SA THÉORIE DE L'HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE

��On fait souvent remarquer, et avec raison, combien est dange- reux pour les sciences positives et historiques le célèbre principe hégélien de l'identité radicale du fait et de l'idée, de l'ordre chrono- logique et de l'ordre logique, de l'expérience et de la raison pure. On montre sans peine, par des raisonnements et par des exemples, que la nature veut être observée et interrogée, non devinée et cons- truite spéculativement. Mais il n'est que juste de considérer aussi la seconde face de ce grand principe aujourd'hui tant décrié. Le xvii* siècle avait professé en métaphysique un dualisme qui mettait toute la dignité et tout l'intérêt du côté de la vérité logique, et ne consentait à voir dans les connaissances expérimentales qu'une forme confuse et comme un amoindrissement de cette vérité supé- rieure. Les faits et leur histoire ne paraissaient utiles à étudier, ni pour eux-mêmes, puisqu'ils étaient sans valeur propre, ni comme auxiliaires de la connaissance de l'esprit, lequel, pensait-on, se suf- fisait à lui-même, et s'apercevait immédiatement dans la conscience rationnelle. Ce fut, au point de vue des sciences positives, un singu- lier progrès, d'élever le fait au rang de l'idée, et de soutenir que l'ordre dans lequel les choses nous sont données reproduit exacte- ment l'ordre selon lequel la raison absolue en détermine les con- cepts. Non-seulement le fait devenait par là, en lui-même, digne de l'attention et de l'intérêt du philosophe, mais encore il apparaissait comme une source authentique de la connaissance de l'esprit lui- même. Il y avait désormais deux voies pour arriver à déterminer l'évolution de l'idée : la voie spéculative et la voie expérimentale. Il devenait légitime et naturel de se demander si la seconde n'était pas plus appropriée que la première à la nature de l'intelligence hu- maine. L'étude des faits se trouvait ainsi pleinement réhabilitée, même aux yeux des hommes qui persistaient à placer, dans la con- tome iv. — Juillet 1877, 1

�� �