Ouvrir le menu principal

Page:Revue du Pays de Caux n5 novembre 1902.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.
167
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

beaucoup de Démocrates de voter pour lui. À l’extérieur, sa politique est très ferme et très agissante sans verser dans l’impérialisme. Or, le pays vient de prouver, par la majorité diminuée qu’il a accordée aux Républicains, sa volonté de voir ce parti se plier aux vues personnelles du président. C’est le président qui se trouve être le grand vainqueur des élections de 1902. Quel chemin parcouru depuis le jour où le criminel attentat de Buffalo a fait passer Théodore Roosevelt de sa place de Vice-Président à la pleine clarté du premier rang !

La Grève à Genève.

Les libres habitants de la vieille cité Helvétique ont assisté également à des spectacles nouveaux pour eux. D’un conflit entre les ouvriers des tramways et leurs patrons est sorti un essai de grève générale qui a provoqué, de la part des autorités, une prompte et énergique répression. On a mobilisé les milices ; et les citoyens appelés sous les armes ont apporté, à maintenir l’ordre, une vigueur dans laquelle il entrait probablement quelque rancune pour les ennuis et les pertes d’argent que leur occasionnaient les grévistes. Le gouvernement cantonal réquisitionna jusqu’aux automobiles pour que ses ordres fussent portés plus sûrement et plus rapidement à destination. Genève prit l’aspect d’une ville en état de siège d’où la vie civile se serait retirée. En tout, le mouvement dura une quinzaine de jours ; la grève ne fut générale que pendant trois jours. On procéda à 230 arrestations et à 110 expulsions d’agitateurs Italiens et Français ; 50 soldats furent blessés au cours des troubles, mais il n’y eut que des blessures légères. Les grévistes n’obtinrent aucune concession ; ils tentèrent de masquer leur retraite sous des motifs humanitaires et déclarèrent que la grève n’était que « momentanément suspendue ». Personne ne fut dupe de cette formule. C’était bel et bien un échec grave pour la cause du socialisme et la morale à en tirer, c’est que les gouvernements républicains et démocratiques sont obligés de faire comme les autres — sinon mieux que les autres — quand éclatent de semblables conflits entre le travail et le capital ; d’où, il suit qu’il est préférable pour tout le monde que de pareils conflits n’éclatent point et que les travailleurs écoutent les sages conseils