Ouvrir le menu principal

Page:Revue du Pays de Caux n5 novembre 1902.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

Une révérence ajournée.

L’empereur Nicolas n’a pas fait preuve de beaucoup de caractère, en se laissant entraîner par des influences féminines, difficiles à dissimuler désormais, à frapper la vanité Serbe, d’un inutile et retentissant soufflet. Si l’on ne trouvait pas la reine Draga d’assez noble origine pour être reçue à la cour de Russie, il ne fallait pas favoriser son mariage, lui témoigner des sympathies avérées, lui envoyer un cadeau princier et accepter d’avance le parrainage de l’héritier qu’elle croyait attendre. Ayant fait tout cela, le souverain Moscovite n’avait point de motifs d’ajourner indéfiniment une réception qui, en Russie et ailleurs, était considérée comme la consécration et en quelque sorte, le couronnement de la nouvelle reine. C’est, à tout prendre, le roi Alexandre qui, en tout ceci, a eu le beau rôle. Il a fait un mouvement très naturel pour changer son fusil d’épaule, c’est-à-dire pour tourner le dos à la Russie et se rapprocher de l’Autriche (la politique chère à feu son père, le roi Milan) : mais, ayant réfléchi, il s’est à-demi ravisé. Il a montré de la sorte une fierté très légitime en même temps qu’un esprit politique très appréciable. L’appréciera-t-on à Pétersbourg ? On aurait tort de passer outre, car si la Bulgarie se trouvait condamnée à devenir une avant-garde Russe en sorte que son avenir tient en deux mots : la Russie ou rien — il n’en est pas de même de la Serbie : elle peut chercher à Vienne — et même au delà, l’appui que l’empereur Nicolas lui marchanderait ou voudrait lui faire payer trop cher.

Au Forum.

Quand les Italiens ont pris possession de Rome pour en faire leur métropole on s’imaginait que l’illustre Forum, qui s’étend du Capitole au Colisée, avait livré tous ses secrets. Les archéologues du monde entier virent avec quelque scepticisme une pioche irrespectueuse bouleverser l’aspect de ces lieux vénérables. Une première série de fouilles s’exécuta de 1878 à 1884 ; une seconde commencée en 1898 vient seulement de prendre fin. Personne ne pourra plus regretter qu’elles aient été entreprises. On a fait d’heureuses découvertes dans le sol même de ce qu’on appelait le