Ouvrir le menu principal

Page:Revue du Pays de Caux n3 mai 1903.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.
87
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

Espagne où l’église et les ordres monastiques jouissent de privilèges absolument abusifs.

La « dédication » des palais de Saint-Louis.

Les palais à peu près achevés, comme silhouettes générales, de la future exposition de Saint-Louis ont été, selon la coutume Américaine, solennellement consacrés en présence du président Roosevelt, de l’un de ses plus éminents prédécesseurs, l’ex-président Cleveland, de tous les commissaires étrangers et d’une foule énorme. En 1892, on avait opéré de même à Chicago. La « dédication » se célèbre une année avant l’ouverture de l’exposition. C’est une cérémonie laïque si l’on veut, mais fortement teintée d’esprit religieux. Le cardinal Gibbons, primat catholique et deux hauts dignitaires des confessions protestantes ont été chargés, cette fois comme la précédente, de dire les prières qui alternaient avec les discours et les chants patriotiques.

Les travaux sont, paraît-il, assez avancés ; la superficie occupée par l’exposition dépasse tout ce qui s’était vu jusqu’à présent : On appelait celle de Chicago the white city la ville blanche ; cette fois ce sera plus qu’une ville, presque un département.

Une campagne contre l’état du Congo.

Il se poursuit en Angleterre, sous les dehors du désintéressement, une campagne peu honorable dont le but est d’amener un partage de l’état libre du Congo entre ses voisins, c’est-à-dire entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne : le prétexte est que les autorités du Congo sont impuissantes à arrêter le courant esclavagiste et que d’ailleurs elles tolèrent l’impôt en nature qui est une forme déguisée de l’esclavage. Il faut avouer que, sous une plume Anglaise, l’argument est plein de saveur. N’oubliez pas, en effet, sous quel régime ont prospéré les mines du Sud Afrique, régime qu’on se prépare à réorganiser en hésitant simplement sur la couleur de la peau des futurs habitants des compounds, ces bagnes de travailleurs. Qu’y a-t-il de plus voisin de l’esclavage que cette institution là ? Eh bien elle n’entame en rien la dignité humaine, parce qu’elle est Anglaise, parbleu ! Mais un impôt en nature, éta-