Ouvrir le menu principal

Page:Revue du Pays de Caux n3 mai 1903.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.
95
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

portent le général André et son état-major à la revue du 14 Juillet se croiraient déshonorés s’ils devaient paraître en public ainsi affublés ; les chevaux de fiacres et de camions n’ont pas de ces préoccupations vaniteuses.

Ayant mentionné ce nouveau genre de couvre-chefs animaux oserons-nous passer à ceux que le pape distribue aux prélats qu’il veut cardinaliser ; le rapprochement est fort irrévérencieux, mais il n’est point intentionnel ; c’est l’actualité qui le crée. Donc, on prépare au Vatican une promotion rouge. Dans le prochain consistoire Léon xiii fixera son choix publiquement sur 7 à 8 prélats parmi lesquels les nonces apostoliques à Lisbonne et à Vienne, l’archevêque de Valence en Espagne et les archevêques de Cologne et de Salzbourg. Pas un Français ; de sorte que, dans le Sacré Collège, le groupe Français qui compte si nous ne nous trompons point, sept représentauts va se trouver dominé désormais par les huit champions du germanisme ; une situation qui n’est pas précisément avantageuse à la veille d’une réunion de conclave : car Léon xiii est trop âgé pour que son règne se prolonge beaucoup.

Guillaume ii et Léon xiii.

Tout ceci est la conséquence inévitable du double mouvement d’éloignement et de rapprochement qui s’opère en France et en Allemagne à l’égard de l’église catholique. Le gouvernement Français s’applique à servir les desseins de l’empereur d’Allemagne avec un zèle et une ardeur véritablement surprenants. Guillaume ii sait attendre, quoiqu’on dise de sa spontanéité et de ses prétendues incartades ; il connait la lenteur des évolutions ecclésiastiques : il a suivi les progrès de l’anti-cléricalisme en France et espacé, en les graduant, ses hommages intéressés au Souverain-Pontife. Il sentait qu’après s’être orienté pendant la plus grande partie de son pontificat vers la France le pape, moins que tout autre souverain, pouvait modifier brusquement sa politique et s’orienter vers l’Allemagne ; mais il sentait également qu’un changement d’orientation pouvait s’esquisser vers la fin du règne de Léon xiii et s’affirmer sous son successeur ; et c’est à quoi il s’est employé avec toute l’intelligence et toute l’habileté dont il est capable. La violence des passions anti-cléricales, mise en France