Ouvrir le menu principal

Page:Revue du Pays de Caux n3 mai 1903.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.
91
CE QUI SE PASSE DANS LE MONDE

du même coup l’histoire de Roland et celle de Louis xiv, en même temps qu’on étudie la psychologie de Ramuntcho… L’inspecteur qui a choisi ce sujet de composition, doit être un homme à grandes vues !

Un projet sur les ports francs.

Savez-vous ce que c’est qu’un port franc ? Écoutez ce que dit l’exposé des motifs du projet de loi déposé sur le bureau de la Chambre, par les ministres du Commerce, des Finances et des Travaux-Publics. « Le nom de port franc est généralement donné à tout ou partie d’un port qui est déclaré neutre au point de vue douanier et où l’on peut par conséquent, à son gré, débarquer les marchandises, les emmagasiner, les visiter, les soigner, les trier, les manipuler, les assortir, les acheter, les vendre, en disposer, enfin, les réembarquer et les réexporter, sans payer aucun droit de douane et sans procéder à aucune des formalités imposées par le contrôle fiscal de cette administration ». Si vous hésitez sur les avantages que présente la création de ports francs, remarquez d’abord que Colbert en eut l’idée, et désira d’en établir : rien que cela suffit à prouver que la chose est bonne, mais il y a mieux : la preuve a été faite, et par nos rivaux : Hambourg, Brême, Copenhague, Gênes, Trieste et Fiume ont établi des ports francs, et la prospérité de ces cités maritimes s’est aussitôt développée avec une rapidité et une intensité qui ne laissent point de place au doute sur la cause d’un tel phénomène. Reprenons donc l’idée de Colbert ; c’est assez notre habitude, du reste, de laisser le prochain s’emparer de nos inventions et en tirer profits…

À première vue, le projet tardif qui vient d’être déposé paraît très sagement conçu ; il ne désigne d’avance aucune ville ; ce sera l’affaire du gouvernement ; mais il règle le rôle des Chambres de commerce, prévoit les constructions nécessaires et édicte les mesures propres à sauvegarder certains intérêts nationaux ou locaux qui pourraient se trouver lésés. « La franchise, écrit excellemment M. le ministre du commerce, est le complément nécessaire, le corollaire naturel du système protectionniste : c’est une soupape de sureté qui vient tempérer ce qu’il peut y avoir d’excessif dans notre régime économique ». La majorité le comprendra sans doute. Elle le comprendra d’autant mieux que le même exposé des