Ouvrir le menu principal

Page:Revue du Pays de Caux n1 janvier 1903.djvu/25

Cette page a été validée par deux contributeurs.
25
L’ÉVOLUTION DE LA DÉMOCRATIE

valeur professionnelle : il suffit d’avoir suivi de loin les manifestations de l’esprit public aux États-Unis pendant la guerre avec l’Espagne pour se rendre compte à quel point elles étaient influencées par le culte de la force ; il suffit de lire les poèmes guerriers échappés à la plume de Rudyard Kippling ou bien les thèses philosophiques énoncées par Nietzche pour comprendre à quel point ce culte a imprégné les âmes Anglaises et Allemandes. On nous ripostera par l’âme Latine. Mais d’abord, y a-t-il une âme Latine ? L’Espagne cherche à tâtons sa voie : l’Italie s’est modelée beaucoup plus sur l’Allemagne que sur la France depuis qu’elle a réalisé son unité. En France même, il y a un courant inconscient en faveur des solutions par la force. Les mêmes députés qui s’indignaient qu’un pédagogue célèbre eut discouru devant ses élèves sur la nécessité de la force en ce monde disaient naguère au président du conseil : Vous avez la force, usez-en ! Ils auraient, en d’autres temps, proclamé leur bon droit et la supériorité de leurs doctrines : ils se réclament aujourd’hui de la puissance numérique de leur parti, de l’existence de la majorité comme de la loi suprême dont la décision demeure sans appel.

Voilà pour la force. L’argent domine à son tour et il s’est grandement ennobli, ce qui n’est pas étranger à l’accroissement de son pouvoir. Rappelez-vous ces silhouettes que précisément nous avons dressées devant vous, lecteurs ; rappelez-vous Cecil Rhodes, Carnegie, Nobel ; voilà des types absolument nouveaux, les civilisations antérieures n’en avaient pas produit de semblables.

De tels hommes ne peuvent pas ne pas surexciter les imaginations de leurs contemporains, et, par conséquent, agir sur leur temps ; l’idée de richesse vient ici appuyer et doubler l’idée de force ; cet argent en effet, représente une force. On s’en sert pour créer un empire, pour multiplier les fondations, pour instituer des prix destinés à récompenser le talent ou la vertu, et dont chacun représente une fortune. Remarquez combien l’évolution est complète. L’argent, il y a cinquante ans, procurait le plaisir ; il était synonyme de jouissance et c’est par là qu’il tendait de plus en plus à s’avilir ; mais le voici devenu rouage social d’une haute utilité ; il procure le moyen d’agir efficacement, puissamment. Le millionnaire devient le héros de l’époque… Nous n’apprécions pas, nous constatons. Et vous vous tromperiez grandement si vous ne voyiez rôder autour de lui que la vulgaire convoitise du parta-