Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/836

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La juste paix


III. LES RÉGIONS ANÉANTIES ET LES FINANCES DES ALLIÉS [1]


I. — DÉPARTEMENTS FRANÇAIS ENVAHIS

Nous réunissons dans cette troisième partie de notre travail l’étude des dévastations commises par les hordes allemandes et celle des budgets des Alliés, parce que la principale cause des souffrances financières au milieu desquelles ils se débattent, remonte à ces destructions néfastes, opérées en dehors de toutes les lois de la guerre, jusqu’ici admises par les peuples civilisés, et que les Prussiens eux-mêmes avaient partiellement respectées en 1870.

Nous mettrons sous les yeux du lecteur les tableaux de pays prospères, riches, laborieux, qui, dans l’agriculture comme dans l’industrie, déployaient, avant 1914, une activité merveilleuse et qui, ayant servi, pendant plus de quatre ans de champs de batailles aux armées, se sont trouvés, l’expression n’est pas trop forte, anéantis au lendemain des hostilités.

Nous commencerons par la France, dont dix départements du Nord et de l’Est, le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, l’Aisne, l’Oise, la Marne, les Ardennes, la Meuse, Meurthe-et-Moselle, les Vosges forment un ensemble qu’on a longtemps désigné du

  1. Voyez la Revue des 15 mai et 1er juin.