Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/697

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la cage thoracique dénotant un certain degré de rachitisme ; » on retrouva une « mèche, longue de douze centimètres, de cheveux bouclés d’un blond roussâtre, » extrêmement fins ; et, de l’examen attentif de la boite crânienne, des vertèbres, des tibias, des fémurs et des dents, il résulta que le squelette était celui d’un garçon de seize à dix-huit ans, — peut-être davantage, — et qui avait atteint la taille de 1 m 60.

Et l’on songe… on songe que le fils, le vrai fils du tailleur Hervagault était né quatre ans avant le Dauphin… Que, cependant, lorsqu’il fut arrêté à Châlons, en 1798, il ne paraissait point, d’après le signalement officiel, « avoir dépassé l’âge de treize ans, » au lieu de dix-sept qu’il comptait en réalité… s’il était Hervagault. On songe à cette bière de 1 mètre 31 c. de longueur commandée le 10 juin 1795, par l’ordonnateur Voisin, et à ce mort de 1 M. 60 qu’elle eut à contenir !… On songe au procès-verbal de l’autopsie, par lequel quatre praticiens éminents attestent que « le corps qui leur est présenté est celui d’un enfant d’environ dix ans, » — dont le squelette, cinquante ans plus tard, offre tous les caractères d’un âge beaucoup plus avancé… On songe que le fossoyeur Bétrancourt, en retirant de la « tranchée » commune, pour la déposer en une fosse particulière, la bière apportée du Temple, aurait bien pu se tromper de cercueil ; mais ce crâne, « scié par une main experte, » exclue toute idée d’erreur ou de confusion : à moins d’une diabolique combinaison de hasards, on n’apporta pas, ce soir-là, au cimetière, deux corps d’enfants semblablement autopsiés… On songe aussi que ce même Bétrancourt, après avoir enfoui profondément la bière du Dauphin le long du mur de l’église, aura, peut-être, par précaution, posé sur elle un vieux cercueil de plomb rempli d’ossements choisis à loisir dans les charniers. En 1846, après quelques coups de pioche, on découvrit ce premier cercueil, et l’on n’alla pas plus avant… De sorte que le petit mort du Temple serait encore, — peut-être, — là où le déposa le fossoyeur, « à gauche de la porte de l’église, du côté de l’autel de la Communion, tout contre le mur de fondation. » — En présence de ces longs tibias et de ces membres disproportionnés, on songe à la vision de ce commissaire montant la garde au Temple dans les derniers temps de la captivité, ébahi de constater la grande taille du détenu, assis sur son lit, et de « ce qu’elle aurait été, s’il se fût tenu debout. » — Devant ce