Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/517

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
515
comment finit la guerre.

« Que l’ennemi cherche à se rétablir en utilisant successivement les lignes :

« de l’Aisne ;

« Hindenburg (Chemin des Dames) ;

« de l’Ailette

« et de la Serre,

« la charnière de son mouvement sera toujours approximativement sur l’axe Soissons-Laon.

« Il convient donc d’appliquer dans cette région le maximum de forces dont on dispose, de façon à rompre la charnière.

« On provoquera ainsi sur les deux branches adjacentes des reculs successifs d’une importance croissante. »

L’avance de la 10e armée a favorisé celle de la 3e à travers le massif de Lassigny, et les deux armées se donnent la main sur l’Oise.


Le 21 août, à gauche de l’armée de sir Henry Rawlinson, la 3e armée britannique Byng attaque sur l’Ancre ; la IIe armée allemande von der Marwitz, qui a multiplié les précautions, est néanmoins défoncée sur un front de 15 kilomètres. Le 22, la 4e armée britannique part à son tour et enlève Albert. Les deux armées progressent de conserve ; Bapaume est encerclé. Le 26, c’est l’armée Horne qui attaque sur la Scarpe et la Sensée avec le même succès. Le 28, la 1re armée Debeney reprend la lutte et s’avance jusqu’à la Somme, et le 30 l’armée Humbert reprend Noyon. Chacun de ces coups violents est suivi d’une pression constante, de petites actions de détail qui ne laissent à l’ennemi aucun repos, il est rejeté peu à peu sur la ligne Hindenburg.

La 10e armée a continué sa pression entre l’Ailette et l’Aisne, face à l’Est ; elle s’avance par à-coups, malgré une forte résistance. Le 30, la 32e division américaine, général Hann, enlève brillamment Juvigny. Les 4 et 5 septembre, les Allemands abandonnent l’Ailette et la Vesle, se repliant sur les lisières de la forêt de Coucy. Entre les deux il reste à réduire la position de Laffaux qui les réunit.

Mais la 10e armée ne dispose plus que de moyens de plus en plus réduits, en infanterie, en artillerie et même en munitions. Toutefois, le 14 septembre, le 1er corps Lacapelle et le 30e corps Penet enfoncent la ligne Hindenburg sur le plateau de Laffaux,