Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/483

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
comment finit la guerre



IV. — 1918



I. — L’OFFENSIVE ALLEMANDE.



Dans les derniers mois de 1917, le Conseil suprême de guerre interallié, siégeant à Versailles, avait examiné les propositions du général Foch, alors chef d’État-major général de l’armée française. Le renforcement et la réorganisation des armées de l’Entente avaient été admis et étaient en voie d’exécution. L’armée italienne se reformait à 51 divisions, au lieu de 65 qu’elle comptait avant le désastre de Caporetto. Les six divisions de l’armée belge se dédoublaient pour en former douze. Les armées anglo-françaises étudiaient leur renforcement réciproque en cas de besoin par prélèvement sur leurs réserves disponibles.

Mais le général Foch n’avait pu faire admettre l’étude, ni à plus forte raison, la préparation d’un plan offensif pour 1918. Les deux commandants en chef, britannique et français, estimaient que l’état de leurs effectifs ne leur permettait pas d’entreprendre de grandes opérations offensives et ils se contentaient d’attendre l’attaque allemande.

Cet aveu d’infériorité était-il justifié ? Sans doute le haut commandement allemand avait pu concentrer sur le front de France 195 divisions contre 162 qui lui étaient opposées, mais il ne disposait pas des réserves nécessaires à leur entretien. Sa politique des effectifs avait été beaucoup trop hardie, et nous le