Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/354

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VII. — LE SOLDAT DE L’ÉTERNEL
« Béni soit Dieu !

« Le deux cent cinquante-neuvième jour de la 5 641e année de la Création du Monde, dans la sainte Communauté de Smiara.

« Paix et tout le bonheur possible pour l’éternité au saint Rabbin, lumière d’Israël, faiseur de miracles, dont la renommée est universelle, notre chef et notre guide, fils des Saints dont la sainteté est une des plus belles parures d’Israël, saint Rabbi Salmën, fils des saints Rabbins, etc.. etc… que Dieu le garde en vie jusqu’à cent vingt ans !

« C’est les yeux endoloris de larmes et le cœur déchiré que je vous écris cette fois, ô saint Rabbi ! La sainte Communauté de Smiara, que Dieu par votre intermédiaire a confiée à ma garde, est plongée dans la désolation et l’opprobre. L’Éternel Zébaoth, dont la bonté est infinie, nous prépare une douloureuse épreuve. Voilà que les méchants dont Il se plaît à se servir pour châtier son peuple élu, proclament hautement qu’ils feront un pogrom, demain, veille du saint Jour où la Loi nous fut donnée. Nous élevons nos cœurs à deux mains vers le Seigneur et nous crions : O Eternel, Maître de l’Univers, tu t’es enveloppé de colère et tu nous persécutes sans ménagement ! Certes, grande est notre indignité, et nos péchés aussi nombreux que les grains de sable dans la mer. Mais rappelles-toi, ô Eternel, que nous sommes ton peuple, les fils de ton bien-aimé Abraham auquel tu as juré alliance sur le mont Moria ! Notre Père, notre Roi, déverse ton courroux sur les peuples qui ne te connaissent pas, qui n’invoquent point ton nom et qui sont en train de ruiner les foyers d’Israël et de profaner ses sanctuaires.

« Mais Dieu, notre Père et le Père de nos ancêtres, nous exaucera-t-il ? Il semble s’être enveloppé de nuages pour empêcher nos prières de parvenir jusqu’à Lui. Nos méfaits ont mis une barrière entre nous et notre Dieu. Il a détourné sa face et cessé de nous écouter. Nous n’avons plus d’espoir, ô Saint Rabbi, lumière d’Israël, que dans vos ardentes prières pour apaiser son courroux. Multipliez vos implorations auprès de l’Éternel pour qu’il épargne à la Sainte Communauté de Smiara dans le sein de tout Israël, le triste châtiment qu’il