Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Littératures étrangères – Le bureau allemand de la presse - Souvenirs d’un fonctionnaire de l’Empire


OTTO HAMMANN : DER NEUE KURS ; ZUR VORGESCHICHTE DES WELTKRIEGS [1]


L’organisation allemande du bureau de la presse a été pour le grand public une des révélations de la dernière guerre. De toutes les machines savamment préparées pour la conquête du monde, de tous les moyens d’offensive destinés à agir sur le moral de l’adversaire, celui-là n’était ni le moins nouveau ni le moins formidable. Pénétrés de cette maxime que l’opinion est tout à la guerre, les Allemands entendaient mettre l’opinion de leur côté. Non contents de s’assurer l’avantage des gros bataillons et du matériel lourd, ils n’avaient pas négligé le secours des impondérables. A côté de la lutte sur les champs de bataille, s’engageait une longue partie politique et diplomatique dont l’histoire, quand elle sera écrite, promet de n’être pas moins passionnante que celle des faits militaires. Ce qu’on en devine dans les belles études, publiées ici même, de M. André Hallays, L’opinion allemande et la guerre, permet d’entrevoir, dans ce domaine, des campagnes et des manœuvres aussi riches de péripéties que celles des armées opérant sur le terrain, à coups d’hommes et à coups de canon.

  1. 2 vol. Berlin, Reimer Hobbing Edit.