Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Des formations complètement nouvelles ont dû être créées, comme les régiments de chars d’assaut et, en réalité, les escadrilles d’avions, pour ne compter que les gros morceaux, qui sont d’ailleurs de très gros morceaux. On se demande sous quelle rubrique porter un service comme celui de l’automobilisme ? Le nombre des officiers y a passé de 250 à 2 200 en même temps que ses camions passaient de 6 000 à 45 000, auxquels il est juste d’ajouter 25 000 voitures employées par l’aviation, l’artillerie, etc. et des parcs de réparation avec toutes leurs dépendances. N’est-ce pas, à proprement parler, une création ? Ainsi la machinerie moderne, en même temps qu’elle retirait du front un personnel nombreux pour sa fabrication, imposait par les soins qu’elle exige comme par ses effets tactiques, un renforcement des formations en officiers et en outre une augmentation du nombre de ces formations : la machinerie est onéreuse.

Le corps des officiers français a subi de ce fait une épreuve sans précédent : en 4 années, il a dû se gonfler, s’étendre sans diminuer de valeur et passer, répétons-le, de 91 000 à 135 000 tout en perdant 80 000 officiers, sans compter les blessés si nombreux qui revenaient, après interruption, reprendre leur place dans le rang. J’ai vu au lendemain de l’armistice des corps d’infanterie où [plus des trois quarts des officiers portaient les chevrons à la manche droite.

Ce qu’une semblable épreuve impose de courage, de ténacité, d’intelligence à ceux qui l’ont supportée et résolue en un triomphe, ne se peut mesurer par des chiffres. Il n’existe qu’un instrument susceptible d’enregistrer exactement l’intensité de l’effort fourni par nos officiers, c’est le cœur de leurs chefs.


* * *

Mais après tout, quelque considérable que fût cet effort, il a été développé à l’intérieur de l’armée française ; on peut dire qu’il prenait sa place dans l’effort général fourni par le pays entier ; et sans doute cette place est particulièrement importante, mais elle n’est pas exclusive.

Il est juste de signaler une autre tâche qui vint se superposer à la précédente, qui eut, celle-là, le caractère exclusif d’un lourd privilège et qui fut menée à bien avec la même