Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1919 - tome 49.djvu/954

Cette page n’a pas encore été corrigée


droite. Mais ils paraissent y avoir réussi, et, comme il leur est accoutumé, ils ont la tète pleine de piojels.

• Plan de refonte des institutions, refonte nécessaire depuis l’abnicalion de l’Empereur, et d’abord plan de reconstitution de l’AlU^rna.gise sur d « nouvelles bases lerrit’Oiiaies. Le secrélaired’Élât, professeur Preiiss, quienestringémieurou i’arcliiiecte diplômé, est parti de cette idée : « Les petits É.ats doivent être groupés de telle sorte qu’il n’y en ait point dont la population soit iniérieure à 2 on 3 millions et qu’ancun grand Ëtat ne dépasse 7 à 8 millions d’habitants. Aucune prédominance d’un É’at sur nn autre ne serait ainsi à redouter. » Cette vue d’ensemble a conduit le ministre aux pro[)0. sitions suivantes : « La Prusse est morcelée. A la tète’les Républiques confédiu’ées se trouv vrait la RépuJjlique da lî^rlin avec environ 10 millions d’habrtants, comprenant la ville et les districts ruraux de Gross Berlin. Viennent ensuite : la llé| » ublique de Prusse, comprenant les provinces de la Prusse orien aie et de la Prusse occidentale, avec le district de Bromberg ; la Uépui)lique de Silésie qui comprendrait égalemeait la province de Posen, les Sudètes et la Bohême orientale ; la République de Brandebourg comprendrait la province de Brandebourg moins les parties qni i-eviennent à Gross-Berlin, ainsi que la province de Poméranie, la Vieille Marche et les deux Mecklembourg ; la République de la Basse Saxe comprendrait le Hanovre, le SlesYi^ig-ÎIolstein, l’Oldenbourg et le Brunswick ; la République de Westphalie comprendrait la province de Westphalie, le district de Schaumbourg, les deux provinces de Lippe et de Pyrmont : la Réftublique de Hesse comprendiait la Hesse Nassau et le granddu’ hé de Hesse ; la Répiublique du Rhin comprendrait la provincedu Rhin, le Palatinat bavarois et la principauté de Birken-feld. Le district de gpuvernement d’Erfurt doit revenir au grand-duché de Thuringe. Vienne doit, comme Berlin., , (ici, uu heureux accident ; la transniission télégraphique est déclarée iuooxnpréhensible, mais il n’est pas interdit d’y suppléer, avec un peu d’esprit critique, et de rétablir : former une République particulière). Certaines autres parties de l’Autriche allemande dioivent reveiair ou à la Silésie ou à l’État confédéré de la Haute-Saxe ou à la Bavière. En outre, il sera formé un État confédéré de l’Aulriche allemande. »

Au vrai, la détermination de l’aire territoriale de l’État forme l’article premier de toute bonne Constitution de coupe classique. M. le docteur Preuss est trop du métier pour n’en avoir pas respecté les règles. Mais, par le fait même qu’il est du métier, il ne saurait