Page:Revue des Deux Mondes - 1919 - tome 49.djvu/724

Cette page n’a pas encore été corrigée


les débuts de la Conférence de Paris, même dans les détails du style, rappellent les débuts du Congrès de Vienne : on y parla, ainsi que nous en parlons, de Puissances à intérêts généraux et de Puissances à intérêts particuliers. Il n’est pas jusqu’à la Société ou la Ligue des Nations, dont s’enorgueillit tant la naïveté de ses néophytes, qui n’ait été amorcée et ne soit en germe ou en promesse dans les traités à& Westphalie.

Ceux-là ne s’en étonneront pas qui savent que la politique a ses lois à peu près constantes, comme sont à peu près constantes les passions, les aspirations, constants les intérêts, les besoins de l’homme, constant, sous la mobilité de leur surface, le fond des sociétés humaines, et que, par exemple, on retrouve presque littéralement dans le Maha-Bharata les plus fameuses formules de ce qu’on nomme le machiavélisme. Elles ont été pré-machiavéliques, elles seront post-wilsoniennes. Ancienne diplomatie, nouvelle diplomatie, l’essentiel et l’indispensable estd’avoir une politique conforme aux lois éternelles de la politique. Nous n’avons pas le loisir d’attendre que le hasard, les conjonctures, ou, si l’on le veut, les astres, notre étoile, nous en fassent une. En face de nous, à deux pas de nous, de l’autre côté du fleuve, l’Allemagne est battue, mais non abattue. Le résultat des élections auxquelles elle vient de procéder pour se donner une Constituante, qui lui donnera un régime dont l’œuvre capitale apparaît comme devant être de sauvegarder, et, si c’est possible, de renforcer son unité, ce résultat est encore trop incertain pour que nous en tirions des déductions sûres. Le « bolche "dsme » n’a pas été tué à Berlin avec Liebknecht et Rosa Luxemburg. Mais l’Allemagne fait visiblement un efTorl pour se relever, elle en fait un secrètement pour ne pas se relever sans armes ; et il semble que déjà elle regarde, accoudée sur un bras, la Conférence qui délibère.,

Charles Benoist.

Le Directeur-Géranl :

René Doumic.