Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


produisant en direction de Guise, décidera du succès de la journée.

Ainsi, le rôle du 3e corps nous met en présence de la « bataille pour Guise. »


Avant d’exposer celle-ci dans son ensemble, résumons, en quelques mots, la bataille « pour Saint-Quentin » dans la journée du 29.

Le matin, avant midi, offensive heureuse des corps français avançant jusqu’aux approches de la ville. Dans l’après-midi, par l’arrivée des renforts allemands, Saint-Quentin est dégagé ; les troupes françaises sont ramenées à leur point de départ. Cependant, elles tiennent toujours le cours de l’Oise : sauf, un instant, à Mont-d’Origny, l’ennemi n’a franchi la rivière nulle part, de la Fère jusqu’aux approches de Guise.

Ce n’est donc pas une bataille perdue, de ce côté : or, c’est une bataille gagnée de l’autre.


GABRIEL HANOTAUX.