Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Essigny-le-Grand. La 53e division de réserve opérera plus au Sud et, après avoir franchi l’Oise, occupera la région Benay-Cerizy. Une brigade de la 69e division, la brigade Rousseau, passe l’Oise à Berthenicourt et se tient en réserve à la forme Puisieux pour se porter, selon les besoins, soit au Nord vers Urvillers-Itancourt en vue de soutenir la liaison avec le 18e corps, soit au Sud, vers Benay-Cerizy, pour protéger la route de la Fère.

Ces ordres sont donnés à dix heures et doivent s’exécuter immédiatement. Il est facile de se rendre compte, dès maintenant, que le nœud de la bataille pour Saint-Quentin va se transporter à Itancourt-Urvillers.

En effet, les avions et les renseignements ont averti l’état-major allemand. Il est rejeté dans la ville si la double attaque, l’une par le Sud (Urvillers-Essigny-le-Grand), l’autre par l’Est (Marcy-Homblières-Mesnil-Saint-Laurent), réussit. Coincé à la fois par le faubourg de Guise et par le faubourg de la Fère, il ne lui resterait plus d’autre ressource que de se jeter sur la route de Vermand-Ham, pour rejoindre von Klück en se trouvant séparé des trois corps de droite, ou de battre en retraite vers Cambrai en laissant von Klück exposé à l’enveloppement.

C’est l’heure critique.

L’anxiété du commandement allemand s’accroît de minute en minute.

En effet, à onze heures du matin, la 69e division de réserve (général Legros) a franchi l’Oise ; elle débouche à gauche du 18e corps, elle atteint Urvillers et Essigny-le-Grand. Les autres éléments des divisions de réserve se développent sur le terrain selon les ordres donnés. Les ponts de l’Oise (Vendeuil, Hamégicourt et Moy, Alaincourt, Berthenicourt) sont couverts de troupes qui gagnent les emplacements assignés. La canonnade devient de plus en plus violente ; elle se rapproche de la ville sur tout le front Est-Sud-Est-Sud.

Il est midi.

L’ordre arrive à la 53e division de réserve (général Perruchon) de franchir l’Oise, à son tour, pour prolonger la gauche de la 09e division (général Legros) vers Hinacourt-Benay. L’artillerie de cette division (colonel Massenet) doit passer aussi de l’autre côté de la rivière et se porter, au-delà de Moy, vers