Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/533

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils cherchent, au contraire, à démontrer que nous leur devons une véritable reconnaissance. Le 18 février 1917, la Gazette des Ardennes insère cette déclaration d’un « Français des régions occupées » dont le masque mal attaché laisse voir le visage du drôle qui s’est fait naturaliser Allemand :


Quel « occupé », bourgeois, travailleur, évacué ou prisonnier, n’a profité des kantines, des paquets de guerre, voire de la ration ou de la bourse du soldat allemand ? Quelle « dent » peut garder l’occupé ? Celle que le dentiste allemand lui a soignée à l’œil, sans doute ?

Notre ennemi (c’est soi-disant un « Français » qui parle) a le respect de la femme et l’idolâtrie de l’enfant, et peut-être sont-ce là les plus puissantes assises, — et les seuls secrets, — de la puissance intérieure de l’Empire allemand.

En désespoir de cause, d’aucuns vous parleront de l’invraisemblable naïveté, de l’épaisse crédulité du soldat allemand.

Mais par où s’affirme surtout cette naïveté ? Par la facilité avec laquelle l’Allemand a acheté le fonds de boutique, les rossignols, l’infâme camelote dédaignée par deux générations. Il a payé largement, sans protester, sans marchander, presque en riant.

Est-il juste que le boutiquier, en comptant son argent, traite de bonne poire ce providentiel client ?


Il faut, on en conviendra, une rare audace et une suprême mauvaise foi pour transformer en providentiels clients des personnages tels que ce général Fleck, par exemple, qui « déménagea », en quittant Ham, tout le mobilier de la maison qu’il occupait en qualité de commandant du XVIIe corps d’armée. Hugo disait de l’Allemand de 1870 :

En attendant d’avoir la Lorraine et l’Alsace,
Il dérobe une montre au clou d’un horloger.

L’Allemand de 1917 est en progrès : il déclare superbement qu’il est le bienfaiteur de l’horloger.


L’ASSASSINAT DE MISS CAVELL

Les panégyristes de l’armée allemande, après avoir vanté la probité, la délicatesse, l’humanité de la horde déchaînée, éprouvent quelque embarras dès qu’on leur parle de la mort de miss CavelI. Là, le fait est patent ; la justification de l’assassinat semble impossible. Pourtant, les Allemands ont tenté