Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/322

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grâce devant vous. Tel qu’il est, il ne vaut pas le premier [1], mais je le crois assez intéressant… Pour vous plaire, je vous ferai un autre article, où il n’y aura pas un seul vers, où il ne sera question que d’une seule chose, d’une seule aventure… » — et il termine en adoptant le litre que F. Buloz lui propose : « Votre titre est bon. »

Plus tard encore, lorsque Cousin fui attaqué au Correspondant, G. Planche écrivit dans la Revue un article très lumineux sur l’œuvre du philosophe, ou tout au moins sur ses principales œuvres. Cousin en remercia F. Buloz :

« Vous aviez bien raison de me dire que je serais content de l’article de M. G. Planche, j’en suis ravi, et je ne suis pas faiblement reconnaissant d’être défendu, pour mon humble part, avec des maîtres tels que M. Royer-Collard. Ma principale satisfaction se tire du service que promet à la critique littéraire et à la critique des arts, le spiritualisme dont M. Gustave Planche fait profession. C’est au nom du spiritualisme qu’il faut balayer devant soi les basses complaisances de certains critiques, par la satire du vice et des honteux dérèglements… Je suis mort… ou du moins incapable de sérieux travaux. Dans ma retraite, il m’est doux de voir que mes amis ne m’oublient pas [2]. »

Sainte-Beuve, qui pourtant ne l’aimait guère, disait de Cousin : « Il a une éloquence qui fait qu’on lui pardonne tout, dès qu’on l’entend. » Et, de fait, je l’ai su par les miens, sa conversation était « sans rivale. » « Celait une magie » : sa voix prenait tous les tons, sa parole, forte et émouvante à son gré, séduisait. « Cette fascination, que Beyle redoutait, devenait un charme irrésistible pour les auditeurs à qui la subtilité de son esprit, la richesse, l’originalité de son élocution rendaient les questions les plus ardues faciles à résoudre. »

Jules Simon, dans sa belle étude sur le maître de l’Eclectisme, remarque : « Sainte-Beuve n’avait d’esprit qu’avec les hommes d’esprit ou les jolies femmes ; je n’ose pas dire que Saint-Marc Girardin en avait surtout quand on était entre cuistres ; à Villemain il fallait une chaire ou un salon ; Cousin était prêt partout, sur tout et avec tous. » Voilà la vraie note pour définir l’éloquence.

Buloz reprocha à Victor Cousin ses longs silences, qu’il

  1. Mlle de Bourbon aux Carmélites, 15 mai 1852.
  2. Inédite.