Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les paysans d’Alsace-Lorraine devant les conseils de guerre allamnds


« Chargez vos armes !… Nous sommes maintenant en pays ennemi !… » (« Geladen !… Wir sind jetzt in Feindesland !… »)
(Ordre du capitaine Fischer, à la 12e Cie du 40e régiment d’infanterie territoriale allemand en entrant en Alsace, le 13 août 1914.)


« Tous, tant que nous sommes, députés d’Alsace et de Lorraine, avons été envoyés ici par nos électeurs pour affirmer, devant cette Chambre, et notre attachement à la patrie française, et notre droit de décider de notre sort sans intervention étrangère… » Ainsi s’exprimait M. Teutsch, député de Saverne, en plein Reichstag, comme le rappelait ici même M. Gailly de Taurines, dans son émouvante étude sur la Protestation de l’Alsace-Lorraine en 1874. Quarante-quatre années se sont écoulées depuis cet admirable cri de révolte ; et d’aucuns peut-être se sont demandé : « Les Alsaciens-Lorrains annexés à l’Allemagne n’ont-ils pas changé en un demi-siècle ? Leur attachement à la patrie française est-il toujours aussi vivace ? »

A cette question, les Allemands eux-mêmes vont répondre dans les pages qui suivent.

Nos ennemis qui, eux, savaient exactement à quoi s’en tenir sur l’état d’esprit régnant parmi les populations des